Michel Mercier : un candidat au Conseil constitutionnel dans la tourmente

FRANCE 2

Michel Mercier fait l'objet de révélations dans le Canard enchaîné concernant un emploi familial fictif présumé. L'homme est pourtant candidat au Conseil constitutionnel.

Mercredi 2 août, Michel Mercier avait rendez-vous au Sénat. Cet ancien Garde des Sceaux espère intégrer le Conseil constitutionnel. Rien, dans son attitude, ne laissait trahir une quelconque fébrilité. Pourtant, au même moment, le Canard enchaîné révélait dans son édition du jour qu'il aurait embauché sa fille en tant que collaboratrice, mais qu'elle n'aurait fourni aucun travail réel. Censée travailler à Paris, cette dernière est alors domiciliée à Londres, en 2012, selon les affirmations du journal satirique.

"Ce n'est pas interdit"

"Ce n'est pas interdit. Ce le sera quand la loi sera votée. J'ai employé une de mes filles d'août 2012 à avril 2014. Elle était domiciliée en France je l'ai vérifié ce matin", s'est défendu le principal intéressé, par ailleurs sénateur MoDem du Rhône. À la sortie de son audition, Michel Mercier a défendu sa bonne foi : "Je remettrai au sénat l'ensemble des documents de travail qu'elle a fourni. Il les aura !" Ces révélations qui touchent un sénateur MoDem tombent en plein débat sur la moralisation de la vie publique, mais la commission des lois du Sénat vient cependant de valider la nomination de Michel Mercier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne