Marine Le Pen qualifiée de "fasciste" : Mélenchon relaxé

(Charles Platiau Reuters)

Poursuivi pour injure, parce qu'à la télévision, il avait déclaré : "Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête?", Jean-Luc Mélenchon a finalement été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris.

C'est une histoire, qui date déjà du 5 mars 2011. Et qui illustre les joutes verbales entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s'adorent depuis longtemps... Invité sur i-Télé à réagir à un sondage, qui donne la présidente du FN en tête du premier tour de la présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon a ces mots : "Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable. Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête ?"

La principale intéressée n'a pas apprécié, et a porté plainte pour "injure". Finalement, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé ce jeudi le coprésident du Parti de Gauche.

Le tribunal a souligné que "si le terme fasciste peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s'il est accompagné d'autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu'il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique" .

"Vous ne cesserez jamais d'être des fascistes" (Mélenchon)

A l'audience, le 6 mars dernier, Mélenchon s'était expliqué : "Je n'ai pas injurié Mme Le Pen, je l'ai caractérisée" . C'était "une opinion politique" . Pour l'avocat de la présidente du FN, Me Wallerand de Saint Just, il y avait bien volonté d'"injurier, invectiver, rabaisser, mépriser et faire mépriser Marine Le Pen" .

"Le fait de vouloir interdire le terme de fasciste est typiquement fasciste" , avait plaidé l'avocate de Mélenchon, Me Raquel Garrido. Le même Mélenchon qui, à la fin de l'audience, persistait et signait ainsi :"Vous ne cesserez jamais à nos yeux d'être des fascistes, même si on nous interdit de le dire."

Vous êtes à nouveau en ligne