Mariages chinois : deux ans avec sursis et le remboursement requis

(Lise Han, avec son avocat, au tribunal de Tours mardi © MaxPPP)

Le procureur de la République a requis jeudi des peines de prison avec sursis dont deux ans contre Lise Han, principale accusée. Il a dit vouloir privilégier l'indemnisation des collectivités locales victimes de détournements. Il a assorti ces peines d'une interdiction de sortie du territoire pour Lise Han.

"Un panier de crabes" :  voilà comment le procureur de la République a défini jeudi le système des mariages chinois à Tours. "Un commandeur aujourd'hui décédé, des conseillers, des jaloux, des courtisans, une favorite"...  L'ombre de l'ancien maire, Jean Germain, a plané tout au long des trois jours de procès. En son absence, c'est l'instigatrice du système, Lise Han, qui a été principalement visée. 

A son encontre, le procureur a requis deux ans de prison avec sursis, ainsi que le remboursement, auprès des collectivités locales, des sommes détournées. Il a dit vouloir privilégier l'indemnisation des collectivités plutôt que la prison. Pour être sûr que Lise Han remboursera bien, il a également demandé une interdiction de sortie du territoire.

Contre François Lagière, l'ex-chef de cabinet du maire, il a requis 18 mois de prison avec sursis. Et contre Jean-François Lemarchand, directeur de la Société publique locale chargée de la promotion du tourisme, 12 mois avec sursis et 30.000 euros d'amende. Enfin, contre le mari de Lise Han, qui a accepté de jouer l'homme de paille, il a demandé trois mois avec sursis et 10.000 euros d'amende.

Vous êtes à nouveau en ligne