Lyon : le violeur du 8ème confondu par son ADN

(Pierre augros Maxppp)

Un chauffeur de bus, interpellé vendredi dans un parking du 8ème arrondissement de Lyon en flagrant délit d'agression sexuelle, a été confondu par son ADN. Selon ces analyses, il serait l'auteur de la série de six viols commis entre octobre 2012 et janvier 2013 dans ce même quartier.

Il a semé le trouble et la psychose pendant plus d'un an dans
les universités de Lyon 1 et Lyon 3. L'auteur
présumé des viols de cinq étudiantes entre octobre 2012 et janvier 2013
vient d'être confondu par son ADN, après une sixième agression vendredi
dernier.

Il avait
été interpellé le 3 janvier en flagrant délit de récidive. C'est le groupe de sécurité de proximité de la
sûreté départementale qui a procédé à son arrestation un peu avant minuit, alors qu'il agressait sexuellement une jeune
fille dans un parking du 8ème arrondissement de la ville. Le même endroit précisément qu'il y a un an, où il avait déjà violé sous la menace d'un couteau sa quatrième victime, selon le directeur départemental de la Sécurité publique, Albert Doutre.

Il menaçait ses victimes avec un couteau avant de les violer

Tel un "loup solitaire" , cet homme agissait tous les 15 jours, toujours de nuit - entre 23h et 1h50, sur un "même territoire de chasse" , sur des jeunes femmes, "toujours prises par surprise" , a précisé Albert Doutre lors d'une conférence de presse.

 L'homme, âgé
de 37 ans, est un chauffeur de la
TCL, la compagnie de bus lyonnaise. A chacune de ses agressions présumées, il procédait de la
même manière, cagoulé, repérant et suivant des étudiantes qui rentraient chez elles, les
menaçant avec un couteau pour les conduire dans un endroit reculé des regards avant de les
abuser sexuellement et de s'enfuir avec leur téléphone portable.

 

Vous êtes à nouveau en ligne