Ludivine Chambet, "l'empoisonneuse de Chambéry", devant le tribunal

FRANCE 3

Le procès de Ludivine Chambet s'est ouvert ce mardi 9 mai. Cette aide-soignante aurait causé la mort par empoisonnement de dix résidents de la maison de retraite où elle exerçait, entre 2012 et 2013.

Ludivine Chambet a été appelée devant le Justice ce mardi 9 mai. Cette aide-soignante, qui exerçait dans la maison de retraite "Le Césalet" à Chambéry (Savoie), est accusée d'avoir volontairement empoisonné treize pensionnaires de l'établissement entre 2012 et 2013. Dix de ses victimes ont trouvé la mort, après avoir ingéré un mélange d'antidépresseurs et de neuroleptiques.

Peine de prison à perpétuité encourue

Des analyses toxicologiques avaient été effectuées à la suite du coma et du décès dans la même journée d'une pensionnaire de l'établissement. Les traces de psychotropes, étrangers à son traitement, avaient laissé peu de place au doute.

Après lecture des plannings du personnel soignant de l'établissement, un nom ressort : celui de Ludivine Chambet, une aide-soignante dont les jours de travail coïncident avec les dates des décès. Interpellée le 10 décembre 2016 puis placée en garde à vue, elle finira par reconnaître les faits, se justifiant d'avoir voulu soulager ses victimes de leur souffrance. Ludivine Chambet encourt la prison à perpétuité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne