Loïc Sécher va toucher près de 800.000 euros pour ses sept ans en prison

(Thierry Charpentier Maxppp)

La cour d'appel de Rennes a fixé mardi à 797.352 euros l'indemnité qui sera versée à Loïc Sécher. L'ancien ouvrier agricole a passé sept ans en prison pour un viol qu'il n'avait pas commis. Sa défense réclamait 2,4 millions d'euros.

797.352
euros pour 3.856 jours (durée totale de la procédure, de l'accusation initiale jusqu'à la reconnaissance de l'erreur judiciaire).
C'est la somme attribuée mardi à Loïc Sécher par la cour d'appel de Rennes en
réparation d'une erreur judiciaire qui aura coûté sept ans de vie à l'ancien
ouvrier agricole. Dans le détail, le préjudice matériel a été fixé à un peu plus
de 197.000 euros et 600.000 euros ont été attribués pour le préjudice moral.

La
famille de Loïc Sécher indemnisée

La
somme allouée est bien en dessous de ce que souhaitait la défense de Loïc
Sécher : 2,4 millions d'euros. Une enveloppe réclamée au titre du préjudice
subi. Pendant les sept années qu'il a passées en prison, le quinquagénaire a connu
le traitement réservé aux violeurs : violences et agressions à répétition.
Pendant sa détention, il a fait une tentative de suicide et une grève de la
faim. Il a par ailleurs raté les funérailles de son père, mort pendant sa
détention. A ce titre, la mère de Loïc Sécher a obtenu 50.000 euros de préjudice
moral et ses deux frères et sa soeur 30.000 euros chacun.

Victime
de la crise

Les
800.000 euros correspondent plus à l'addition établie par la justice pour son
erreur. Lors de l'audience de la cour d'appel de Rennes en juillet dernier, le
défenseur judiciaire de l'Etat avait proposé un dédommagement de 600.000 euros.
Une enveloppe qui prenait en compte la "rigueur budgétaire
extraordinaire".

Loïc
Sécher avait été condamné en 2003 à 16 ans de réclusion pour des viols et
agressions sexuelles dont l'avait accusé Emilie, une adolescente de 14 ans. La
jeune fille s'est rétractée ensuite en 2008. Loïc Sécher a toujours clamé son
innocence et n'est jamais passé aux aveux. Sa condamnation a été annulée en 2010. Il
est sorti de prison en avril 2010.

Vous êtes à nouveau en ligne