Loi Travail : qui sont les 130 "interdits de paraître" à la manifestation parisienne ?

(Manifestation unitaire CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL contre la Loi Travail © MaxPPP)

Manifestants déjà interpellés, "casseurs", violents : 130 personnes sont "interdites de paraître" mardi après-midi dans la manifestation parisienne contre la loi Travail.

Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, les appelle les "interdits de paraître". Ce sont des manifestants qui ont été interpellés au moins une fois lors des nombreux rassemblements contre la loi Travail. Des jets de projectile, des bris de vitrine ou des violences contre des policiers. Ils ont fait l'objet d'un jugement passé ou à venir.

Les faits qui leur sont imputés sont étayés par des procès-verbaux ou sanctionnés par des condamnations. C'est une précision essentielle puisque le même type d'interdiction de paraître avait été pris pour la manifestation du 17 mai dernier. Des décisions finalement retoquées par le tribunal administratif de Paris en raison de faits qui n'étaient pas toujours avérés.

La mesure est valable pendant la durée de la manifestation. Elle concerne les quartiers traversés par le cortège : les XVème, VIIème et XIIIème arrondissement de Paris. Rien en revanche de bien contraignant pour empêcher les "interdits de paraître" de rejoindre la foule. Le préfet, Michel Cadot assure ne pas avoir les moyens de pouvoir tous les contrôler. En revanche, il promet des arrestations en cas de participation à des violences. Leur présence dans le cortège constituerait alors un délit passible d'une sanction pénale.