"Le sentiment d'insécurité des Français plus fort que jamais", estime le Parti socialiste

Najat Vallaud-Belkacem, l\'une des quatre porte-parole du candidat socialiste, François Hollande.
Najat Vallaud-Belkacem, l'une des quatre porte-parole du candidat socialiste, François Hollande. (Jonathan Tessier / citizenside.com)

"Le sentiment d'insécurité des Français est plus fort que jamais", a estimé, mardi 17 janvier, l'équipe de François Hollande après les propos du ministre de l'Intérieur qui s'est félicité d'une baisse de la délinquance en France par rapport à 2010.

"Le sentiment d'insécurité des Français est plus fort que jamais", a estimé, mardi 17 janvier, l'équipe de François Hollande après les propos du ministre de l'Intérieur qui s'est félicité d'une baisse de la délinquance en France par rapport à 2010.

Le ministre Claude Guéant a annoncé mardi une baisse de la délinquance en France de 0,34% en 2011.

Des "chiffres supposés flatteurs, mais qui ne satisfont que lui", a réagi Najat Vallaud-Belkacem, l'une des porte-parole du candidat socialiste François Hollande.

"Malgré les 26 lois votées par la droite depuis 2002, le sentiment d'insécurité des Français est plus fort que jamais", a-t-elle ajouté dans son communiqué.

Satisfecit partiel et partial

"Le satisfecit partiel et partial est en décalage total avec ce que vivent les Français au quotidien", a également déclaré la porte-parole.

"L'autorité de l'Etat, celle de la police, mais aussi celle de l'école, fait aujourd'hui cruellement défaut. Ce sentiment d'insécurité traduit des actes d'incivilité de plus en plus courants et des atteintes à l'intégrité physique des personnes en forte hausse: + 20% entre 2002 et 2009", a également déclaré Mme Vallaud-Belkacem.

Les chiffres présentés par le ministre de l'Intérieur "traduisent davantage l'activité des services de police, incités à traquer la petite délinquance, plutôt qu'à lutter contre la délinquance qui touche réellement les Français", a-t-elle ajouté.

"Petit couplet xénophobe"

La porte-parole a également qualifié de "petit couplet xénophobe" les propos de M. Guéant imputant l'augmentation des cambriolages de résidences à des "raids menés par des personnes originaires d'Europe centrale et orientale".

Claude Guéant avait annoncé auparavant une baisse de 0,34% de la délinquance générale en 2011, mais concédé une explosion des cambriolages, en présentant le dernier bilan du quinquennat Sarkozy.

La délinquance générale "a baissé pour la neuvième année consécutive", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse, en précisant qu'avaient été recensés par la police et la gendarmerie "près de 12.000 faits en moins" et que "depuis 2007, elle a baissé de 7,8%, soit de 290.000 faits".

Par rapport à 2002, la délinquance générale "a baissé de 16,47 % soit de 678.000 faits", a-t-il détaillé, soulignant que depuis la même année, "la population française a augmenté de 3.200.000 habitants".

Cambriolages : le "point noir" du rapport

Si les atteintes aux biens constatées en 2011 "ont diminué de 1,74 %", le ministre de l'Intérieur a reconnu le "point noir" des cambriolages de résidences principales et secondaires, en augmentation "de 16%", selon "une tendance que nous enregistrons depuis deux ans".

Quant aux atteintes volontaires à l'intégrité physique, elles "se stabilisent, (leur) augmentation est de 0,1%", a-t-il déclaré.

Vous êtes à nouveau en ligne