Le procureur dénonce les 13 mensonges d'Oscar Pistorius

(Le procureur, Gerrie Nel, a démoli aujourd'hui la défense d'Oscar Pistorius. © MaxPPP /)

C’est l’ultime bras de fer entre la défense et l’accusation. Après cinq mois de procès, le procureur, Gerrie Nel, s’est employé jeudi à démolir la défense d’Oscar Pistorius estimant qu’il avait été pris au piège de ses propres mensonges et estimé que l'athlète ne pouvait pas "échapper à une condamnation pour meurtre." Le verdict sera rendu le 11 septembre.

Dans un long discours, devant une salle bondée au tribunal de Pretoria, le procureur Gerrie Nel a commencé par attaquer le système de défense d'Oscar Pistorius. Le décrivant comme un "témoin effroyable", il a méticuleusement entrepris de relever ses 13 "mensonges".

 

Car, le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius avait d'abord expliqué avoir tué Reeva Steenkamp, sa compagne, par erreur en la prenant pour un cambrioleur caché aux toilettes. Puis, il avait modifié sa version des faits, expliquant avoir tiré par réflexe, sans intention de tuer qui que ce soit. "Auto-défense ou acte par réflexe, sans s'en rendre compte? Ca n'est pas conciliable!" , a alors lancé le procureur.

La parole reviendra à la défense vendredi

Gerrie Nel a également critiqué la personnalité de l’accusé, un égoïste qui ne prend jamais ses responsabilités, lui demandant pourquoi il n'avait pas appelé la sécurité après le drame. En conclusion de son réquisitoire il a estimé que l'athlète ne pourrait "pas échapper à une condamnation pour meurtre" et l'a accusé d'avoir tué de quatre balles sa petite amie. 

 

Vendredi, la parole est revenue à la défense avec la plaidoirie de l’avocat d’Oscar Pistorius, Barry Roux, qui estime que l’athlète, amputé des deux jambes en dessous du genou, est hypersensible en raison de son handicap.

 

Après une dernière intervention du procureur, la juge Thokozile Masipa à clos ce procès fleuve. Le verdict sera rendu le 11 septembre. Si Oscar Pistorius est reconnu coupable d'assassinat, il risque 25 ans de prison.

Vous êtes à nouveau en ligne