Le "pousseur du métro" condamné à 16 ans de prison

Ce schizophrène de 31 ans avait donné, en 2010, un coup de pied dans le dos d'un agent de nettoyage, sur le quai de la ligne A du RER.

Il est devenu le "pousseur du métro". Un schizophrène, qui avait tué un homme en avril 2010 en le poussant contre une rame de RER, a été condamné, jeudi 19 septembre au soir, à seize ans de réclusion criminelle. La peine a été assortie d'un suivi socio-judiciaire de quinze ans, avec injonction de soins, qui prendra effet quand le condamné sera libéré. S'il ne le respecte pas, Ahmed Konkobo retournera en prison pour cinq ans. 

Comme en attestent les enregistrements de vidéosurveillance et ses propres déclarations, Ahmed Konkobo, 31 ans, avait donné un coup de pied dans le dos d'un voyageur qui attendait sur le quai de la ligne A du RER, à la station Gare de Lyon à Paris, le 2 avril 2010 peu avant 6 heures du matin. Projeté contre la rame d'un RER qui entrait en gare, Subramaniam Rasalingam, un agent de nettoyage de 51 ans qui partait travailler, était mort sur place.

Le verdict a été bien accueilli par la famille de sa victime qui, selon son avocat, a estimé avoir "obtenu justice". Selon lui, les proches ont "compris qu'il y avait une altération des facultés qui devaient entraîner une diminution par rapport à la peine maximale de 30 ans" qui était encourue pour homicide volontaire. Suivi pour troubles psychiatriques depuis 2005, Ahmed Konkobo a été diagnostiqué comme souffrant de schizophrénie. Les psychiatres avaient conclu à l'altération de son discernement au moment des faits, ce qui diminue sa responsabilité pénale.