Le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire visant Ségolène Royal

Ségolène Royal, le 11 décembre 2017 à Paris.
Ségolène Royal, le 11 décembre 2017 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

L'enquête a été diligentée après les révélations de la cellule investigation de Radio France sur ses activités en tant qu'ambassadrice des pôles.

Le PNF, Parquet national financier, a ouvert une enquête préliminaire visant Ségolène Royal et ses activités en tant qu'ambassadrice des pôles, révèle mercredi 15 janvier la cellule investigation de Radio France de source judiciaire. Cette enquête a été ouverte en novembre 2019 après les révélations de la cellule le 15 novembre dernier indique le PNF dans un communiqué et a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique. 

L'enquête vise à vérifier l'utilisation que l'ancienne ministre a fait des moyens mis à sa disposition par le Quai d'Orsay et le ministère de la Transition écologique. Les deux ministères se partagent le financement des trois collaborateurs mis à sa disposition et de l'enveloppe de 100 000 euros de frais de mission et de représentation dont elle dispose. Selon les révélations de la cellule, Ségolène Royal a utilisé les moyens que le Quai d'Orsay met à sa disposition pour des missions qui semblent très éloignées de sa fonction d'ambassadrice des pôles, qu'elle occupe depuis septembre 2017. 

Des éclaircissements sur l'emploi du budget alloué à son action 

Pour l'assister dans ses fonctions d'ambassadrice, Ségolène Royal dispose de trois collaborateurs payés par le ministère des Affaires étrangères. Or il apparaît que tous ont été aperçus ces derniers mois sur des missions a priori sans rapport avec la diplomatie. On voit par exemple, son assistante personnelle en province sur des séances de dédicace de son livre ou son conseiller qui l'accompagne au zoo de Beauval ou sur une inauguration d'aire de covoiturage dans l'Ain. 

Il apparaît également que ces salariés du Quai d'Orsay ont effectué des missions au profit de la fondation de Ségolène Royal, Désirs d'avenir pour la Planète. Certaines semblaient même connues du ministère. Sur franceinfo, Ségolène Royal avait alors annoncé vouloir porter plainte pour diffamation. "J'ai subi tellement d'attaques, de dénigrements, d'insultes que vous n'allez pas me déstabiliser", expliquait-elle alors.

Mardi, Ségolène Royal a expliqué sur Facebook que son "licenciement" de sa mission bénévole d'ambassadrice des pôles était imminent. Selon les informations de France Inter, l'ancienne ministre de l'Écologie sera officiellement démise de ses fonctions lors du Conseil des ministres du vendredi 24 janvier. Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères estime qu'elle n'a pas honoré son devoir de réserve en mettant en cause la politique du gouvernement. Ségolène Royal a notamment estimé, mi-décembre sur franceinfo, qu'Emmanuel Macron était "bien sûr" responsable de la crise actuelle avant de dénoncer "la brutalité de cette réforme des retraites" dont elle demandait le retrait.

Vous êtes à nouveau en ligne