Le Monde porte plainte dans une nouvelle affaire de fadettes

(Jean-Paul Pelissier Reuters)

Le quotidien Le Monde accuse le procureur de Marseille d'avoir espionné deux de ses journalistes, qui travaillaient sur le banditisme corse. Un dossier découvert au hasard de l'affaire Bettencourt.

Il en fait l'éditorial de son édition d'aujourd'hui. Le Monde annonce qu'il va poursuivre Jacques Dallest, procureur de Marseille, dans une nouvelle affaire de fadettes. Une plainte similaire du quotidien a abouti hier à la mise en examen de Philippe Courroye, procureur de Marseille. A l'origine des deux cas, des demandes de factures détaillées.

En avril 2010, le parquet de Marseille a demandé les factures téléphoniques détaillées de deux journalistes du Monde. Ils avaient écrit, entre mai 2009 et janvier 2010, des articles sur le meurtre d'un chef du gang de la "Brise de mer", et la tentative d'assassinat d'Alain Orsoni, un ancien respeonsable nationaliste corse.

Des révélations "dangereuses pour la vie de certains protagonistes" selon le procureur

Les factures téléphoniques de journalistes examinées pour retrouver leurs sources : le scénario évoque une partie de l'affaire Bettencourt. Rien de surprenant à cela, les deux dossiers sont mêlés, selon François Saint-Pierre, l'avocat du quotidien : "Dans le cadre de sa procédure, la juge Zimmermann a découvert que le procureur de Marseille avait demandé les fadettes de deux journalistes sans que cela soit, à notre avis, justifié par la loi ".

Le procureur de Marseille avait assumé publiquement sa décision, en octobre dernier. Il estimait avoir "agi en conformité avec la loi, qui autorise la saisie de facturations téléphoniques dans certains cas bien précis, par exemple lors d'affaires de criminalité organisée ". Selon Jacques Dallest, les révélations des journalistes étaient "susceptibles non seulement de nuire aux investigations, mais surtout de mettre en danger la vie de certains protagonistes de ces dossiers ".