La France demande officiellement à la Suisse l'extradition du terroriste Merouane Benahmed (ex-GIA)

Merouane Benahmed, ancien membre du GIA, escorté par des gendarmes, le 18 décembre 2015.
Merouane Benahmed, ancien membre du GIA, escorté par des gendarmes, le 18 décembre 2015. (PASCAL PAVANI / AFP PHOTO)

La France a officiellement demandé à la Suisse d'extrader l'ancien membre du GIA, Merounae Benahmed qui avait pris la fuite en septembre avant d'être arrêté, selon France Bleu Mayenne.

Le procureur de la République de Laval a confirmé lundi 9 janvier à France Bleu Mayenne qu'il avait adressé aux autorités suisses une demande officielle d'extradition à l'encontre de Merouane Benahmed, qui pourrait porter ses fruits d'ici l'été prochain.

Il y a quatre mois, le 8 septembre dernier, l'ex-terroriste du Groupe islamique armé (GIA), placé en résidence surveillé à Evron (Mayenne), avait pris la fuite, provoquant le bouclage du centre-ville pendant près de deux heures. La ville avait été quadrillée, en vain, toute une journée.

Arrêté en Suisse après avoir pris la fuite

Retrouvé et interpellé en Suisse quinze jours plus tard, Merouane Benahmed était sous le coup d'un mandat d'arrêt international, mais il avait refusé la procédure simplifiée d'extradition. La demande officielle d'extradition, signée par le procureur de la République de Laval, est désormais sur le bureau de l'Office helvétique de la justice. Elle pourrait aboutir d'ici l'été, selon les informations recueillies par France Bleu Mayenne.

Si la demande d'extradition aboutit, Merouane Benahmed sera présenté à un juge à Laval et sera mis en examen pour non-respect de son assignation à résidence. Vu le profil de l'individu, il ne sera sans doute pas détenu en Mayenne dans l'attente de son procès mais dans une maison d'arrêt à proximité.

Merouane Benahmed est actuellement dans une prison en Suisse, sous bonne garde. L'homme avait été condamné en 2006 à 10 ans de prison en France, pour avoir projeté des attentats à Paris, dans le cadre de l’affaire dite des "filières tchétchènes".