La corrida va-t-elle être interdite en France ?

(Carlos Barba Maxppp)

Ce vendredi matin, les Sages du Conseil Constitutionnel doivent se prononcer sur la tauromachie : est-elle compatible avec la loi française ? Si la réponse est non, la corrida serait interdite dans tout le pays.

Le conseil constitutionnel
planche sur ce sujet depuis 10 jours. Depuis que les détracteurs de la corrida
ont déposé une requête. Ce vendredi, les Sages devront décider si oui ou non, la
tauromachie est conforme à la loi.

Des aficionados sereins

Les fans de tauromachie n'ont
pas souhaité s'exprimer sur la requête de leurs adversaires. La majorité des
défenseurs de la corrida attend la décision du Conseil. Selon Simon Casas,
organisateur de corrida, "il s'agit d'être respectueux de l'identité et de
l'histoire de certaines régions de France",
la Corrida est une
"tradition à connotations multiples et notamment identitaires et culturelles" .

Des détracteurs persévérants

Le président du comité
"Carrément anti-corrida", Jean-Pierre Guarrigues croit en la victoire
de ses idées. Mais si le Conseil ne lui donne pas raison, il soutiendra le dépôt
de la cinquième proposition de loi pour l'abolition devant l'Assemblée Nationale, "nous avons en début
de législature recensé 70 députés abolitionnistes"
. L'une d'entre elle a annoncé qu'elle déposerait une nouvelle proposition de loi fin septembre. Et si cela ne suffit
pas, les militants opposés à la corrida reprendront leur action en justice,
jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme si nécessaire. 

Entre 48% et 57% des Français favorables à l'interdiction

Deux sondages ont été publiés jeudi à la veille de la décision du Conseil constitutionnel.
Selon le sondage Ifop pour Midi Libre , 48% des personnes interrogées qu'"il ne doit pas y avoir d'exception et que la corrida doit être interdite partout en France parce qu'il s'agit d'une pratique cruelle"

L'autre sondage a été réalisé par l'institut CSA pour le comité "radicalement anti-corrida Europe". Le pourcentage des Français en faveur de l'interdiction de la tauromachie est supérieur : 57%.

Les personnes issues de départements sans tradition taurine se prononcent majoritairement en faveur de l'interdiction de la pratique (50% contre 40%). En revanche, celles habitant dans des territoires à tradition taurine sont à 50% contre l'interdiction. 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne