L'"escroc des stars" et l'ex-patron du GIGN mis en examen

(Christophe Rocancourt est mis en examen dans une nouvelle affaire. © Maxppp)

Christophe Rocancourt, surnommé l'"escroc des stars", et l'ancien patron du GIGN, Christian Prouteau, ont été mis en examen jeudi par des juges d'instruction dans une nouvelle affaire d'escroquerie et de corruption présumées. Trois autres personnes sont également concernées.

Cinq personnes ont été mises en examen ce jeudi par des juges d'instruction. Elles sont soupçonnées d'escroquerie et de corruption. Parmi elles, Christophe Rocancourt, surnommé l'"escroc des stars", et l'ancien patron du GIGN Christian Prouteau. Les autres mises en examen concernent la compagne de Christophe Rocancourt, l'un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi, et un notaire.

Déjà condamné en 2012 pour abus de faiblesse de la réalisatrice Catherine Breillat, Christophe Rocancourt a été placé en détention provisoire dans la soirée. Les enquêteurs le soupçonnent notamment d'avoir tenté, contre paiement, de faire régulariser des situations administratives en lien avec des titres de séjour, auprès de la préfecture de police de Paris, selon une source proche du dossier. Il a été mis en examen pour escroquerie, trafic d'influence actif, blanchiment de fraude fiscale et exercice illégal de la profession de banquier, a précisé la source judiciaire.

Le créateur du GIGN mis en examen

Quant à Christian Prouteau, créateur du GIGN en 1974 et ami depuis quelques années de Christophe Rocancourt, il a lui été mis en examen pour dissimulation d'activité et trafic d'influence passif. Il est connu pour avoir réorganisé en 1982 la sécurité du président François Mitterrand à sa demande. Il avait alors créé le groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), composé uniquement de gendarmes, pour assurer sa protection.

Vous êtes à nouveau en ligne