JO 2020 : Tokyo prêt à coopérer avec la justice française

(Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, au parlement, à Tokyo. Mai 2016 © Reuters)

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe promet ce lundi une coopération totale avec la justice française. Elle enquête depuis décembre sur des versements suspects dans l'attribution des JO d'été 2020.

"J'ai ordonné au ministre de l'Education et des Sports de coopérer pleinement avec l'enquête" des juges français, a déclaré Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, ce lundi. La justice française enquête, depuis décembre, sur des versements suspects dans l'attribution des Jeux olympiques d'été de 2020 à Tokyo. Des virements effectués au profit d'un des fils de l'ancien patron de l'athlétisme mondial, Lamine Diack.

Trois juges d'instruction français s'interrogent sur le versement d' 1,8 millions d'euros effectués avant et après l'attribution des JO de 2020 à Tokyo (au mois de juillet et octobre 2013). Des mouvements financiers ayant transité par la société sigapourienne Black Tidings, société liée au fils de l'ancien patron de l'athlétisme mondial , à l'époque membre du Comité International Olympique.

Il y a quelques jours, le porte-parole de Shinzo Abe affirmait que la candidature de Tokyo avait été "propre". Le président du Comité Olympique japonais explique que les sommes citées correspondent à "des rémunérations légitimes d'un consultant". 

Le nom de la société singapourienne apparait aussi dans une autre enquête française. Une enquête sur des soupçons de corruption au sein de la Fédération internationale d'athlétisme pour cacher des cas de dopages d'athlètes russes, moyennant de l'argent.