VIDEO. Affaire Kerviel : quand une policière enregistre secrètement une magistrate...

Pièces à conviction/France 3

La policière de la brigade financière Nathalie Le Roy, chargée d’enquêter sur l’affaire Kerviel, s’est sentie "instrumentalisée" par la Société générale. Désavouée par sa hiérarchie, elle a enregistré secrètement une conversation avec une vice-procureure au cœur du dossier, confirmant ses soupçons… Extrait du magazine "Pièces à conviction" du 22 mars.

La commandante de police Nathalie Le Roy a été désavouée par sa hiérarchie après avoir notamment déclarée que la Société générale l’a "instrumentalisée" quand elle enquêtait sur l’affaire Kerviel. La policière de la brigade financière (2008-2015) reçoit cependant le soutien officieux d’une procureure adjointe, Chantal de Leiris, qui est au cœur de ce dossier.

En juin 2015, l’enquêtrice lui donne rendez-vous dans un café pour l’enregistrer à son insu. Et dans cet enregistrement, la magistrate partage les soupçons de Nathalie Le Roy : "C’est vrai ce que vous dites dans la première affaire qui a éclaté… C’est que vous étiez entièrement manipulée…" affirme-t-elle.

"On lui demande d’être à charge, pas à décharge !"

"La Société générale savait, savait, c’est évident… Et alors, c’est vrai que sur le montant du préjudice, les 4 milliards et quelques… il n’y a aucune expertise", dit Chantal de Leiris. D’après la magistrate, le chef de la section financière du parquet de l’époque voulait que la policière conclue rapidement à la culpabilité du trader Jérôme Kerviel.

Chantal de Leiris précise : "Moi, je me souviens quand vous gériez l’enquête, il me disait sans arrêt 'Mais qu’est-ce que c’est que ça ! On ne va pas passer autant de temps. Non, mais non ! On lui demande d’être à charge, pas à décharge'…" L’enregistrement a été divulgué dans la presse et la magistrate a porté plainte contre la policière pour atteinte à la vie privée.

Extrait de "Affaire Kerviel-Société générale : la justice sous influence ?", une enquête de "Pièces à conviction" diffusée le 22 mars 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne