Bracelet électronique, travaux d'intérêt général... Kerviel doit-il bénéficier d'une peine alternative ?

L'ex-trader a été emprisonné à la maison d'arrêt de Nice lundi 19 mai et doit purger une peine de trois ans de prison ferme. 

Fin de route pour Jérôme Kerviel. Au terme d'une marche de deux mois entamée à Rome en février, l'ex-trader a été emprisonné à la maison d'arrêt de Nice (Alpes-Maritimes), lundi 19 mai. Il était arrivé en France dimanche peu avant minuit, heure limite à laquelle il devait se présenter à la police, sous peine d'être considéré comme un fugitif par la justice française. 

Son comité de soutien, attelage hétéroclite qui va de Jean-Luc Mélenchon aux hommes d'église ralliés à sa cause après la rencontre de l'ex-trader avec le pape François, a donc échoué à lui faire éviter la prison. 

Jérôme Kerviel était convoqué en vue de purger sa peine. Il a été définitivement condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour avoir causé à la Société générale, son ancienne banque, des pertes chiffrées à 4,9 milliards d'euros.

Votez, commentez, réagissez. 

 

Bracelet électronique, travaux d'intérêt général... Kerviel doit-il bénéficier d'une peine alternative ?

Voir les résultats
Partagez ce sondage
Vous êtes à nouveau en ligne