Il fait les poches d'un homme en train de se suicider, et écope de 10 mois ferme

Capture de Google maps pointant Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) où, début avril, un homme a effectué un vol sur un autre homme en train de se suicider.
Capture de Google maps pointant Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) où, début avril, un homme a effectué un vol sur un autre homme en train de se suicider. (GOOGLEMAPS / FRANCETV INFO)

Le prévenu avait dérobé à la victime un téléphone portable et deux paires de lunettes.

Il a profité de la tentative de suicide d'un désespéré pour lui faire les poches, début avril. Cet homme de 33 ans a été condamné, jeudi 16 mai, à dix mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne). Le prévenu, qui avait dérobé à la victime un téléphone portable et deux paires de lunettes, comparaissait pour vol, non-assistance à personne en danger et entrave à l'arrivée des secours.

Il ouvre aux pompiers après une demi-heure

Début avril, les pompiers sont appelés en pleine nuit pour secourir un homme qui tente de mettre fin à ses jours dans sa voiture garée dans un parking souterrain d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). L'homme, âgé de 58 ans, a laissé le moteur en marche, branché un tuyau dans le pot d'échappement et attend que le monoxyde de carbone envahisse l'habitacle. Sur son torse, il a posé une lettre avec des photos de sa compagne et de ses petits-enfants.

Mais les pompiers, alertés par un collègue de la victime, n'arrivent pas à accéder au parking. En se penchant par une grille d'aération, ils aperçoivent un homme en train de tourner autour de la voiture, une bouteille à la main. Ils lui demandent de venir ouvrir la porte du parking. Il s'exécute... mais seulement une demi-heure après.

Trente-cinq mentions à son casier judiciaire

Lorsque les secours arrivent enfin auprès de la victime, elle est dans le coma, tandis que le prévenu, "très nerveux" et visiblement alcoolisé selon les pompiers, s'éloigne de la voiture et va déposer derrière un tuyau un portable et deux paires de lunettes.

Lors de l'audience, le prévenu a contesté l'ensemble des faits, soutenant que les lunettes lui appartenaient et qu'il s'était emparé du portable de la victime pour appeler les secours. Selon son avocate, le prévenu n'a pas immédiatement compris que la victime était en train de se suicider. Hospitalisé plusieurs fois pour des problèmes psychiatriques et de toxicomanie, l'homme, qui compte déjà 35 mentions à son casier judiciaire pour divers faits de vols, violences et outrage, a déjà été emprisonné à plusieurs reprises.

La victime, hospitalisée dans un état grave, a finalement regagné son domicile après quelques jours et est désormais hors de danger.

Vous êtes à nouveau en ligne