Florence Cassez est enfin libre

(Reuters)

Florence Cassez a été libérée dans la nuit de mercredi à jeudi après le vote des juges mexicains de la cour suprême. Cette 5ème tentative devant la justice mexicaine aura été la bonne, après trois condamnations en justice ordinaire en 2008, 2009 et 2011 et une indécision de la Cour suprême en 2012. Vers une heure du matin, elle a quitté la prison de Tepepan pour se rendre à l'aéroport direction la France.

C'est une surprise. Personne ne s'attendait à cette décision. La cour suprême mexicaine a décidé jeudi soir la libération immédiate et définitive de Florence Cassez. "Le jugement est annulé, le recours est accordé et la liberté absolue de  Florence Cassez est ordonnée ", précise la résolution adoptée par la Cour suprême. La Française était incarcérée depuis sept ans au Mexique et condamnée jusqu'ici à 60 ans de prison pour enlèvements, délinquance organisée et port d'armes prohibées.

Trois juges contre deux

Les magistrats mexicains ont pris cette décision jeudi après avoir estimé que le procès de la jeune femme avait été entaché d'irrégularités et constaté une violation de ses droits fondamentaux. Trois des cinq magistrats ont voté en faveur de la proposition de la juge Olga Sanchez Cordero lors de l'audience qui était retransmise à la télévision. La magistrate, convaincue de l'innocence de Florence Cassez, a réussi à convaincre les autres juges de voter pour la libération de la jeune femme.

En fait, l'audience a un moment semblé pencher en défaveur de la Florence Cassez, lorsque deux des magistrats se sont opposés à l'annulation de la condamnation proposée par la magistrate et ont préféré la tenue d'un nouveau procès. Prenant la parole en dernier, Olga Sanchez Cordero a tenu compte des objections. Elle a alors décidé de modifier sa proposition et a repris à son compte la proposition du juge Arturo Zaldivar -rejetée le 21 mars 2012- d'une
libération immédiate et absolue car les droits fondamentaux de Florence Cassez n'avaient pas été respectés. Elle a alors réussi à convaincre de deux ses collègues dont le nouveau juge Alfredo Gutierrez Ortiz Mena.

Une sortie vers une heure du matin

"Un moment magique" (l'avocat de florence Cassez)

"C'est un moment magique. Je vais chercher ma cliente ", avait réagi immédiatement à l'annonce Franck Berton, son avocat français sur l'antenne de France info. Une décision vécue comme surprise y compris pour sa mère Charlotte Cassez à ses côtés depuis toujours.

 

Finalement, la Française de 38 ans est sortie de prison quelques heures plus tard, le jugement ayant été envoyé par courrier spécial. Elle a quitté la prison pour femmes de Tepepan, au sud de Mexico, dans un véhicule blanc suivi d'un important cortège de voitures de police. Vêtue d'un gilet pare-balles, elle était accompagnée par son père, Bernard Cassez, et le consul général de France au Mexique, Gérald Martin. Elle a ensuite décollé de Mexico vers 4h25, heure française, direction Paris.

L'arrivée de Florence Cassez en France est à suivre ici

Sept années de détention

Florence Cassez avait été arrêtée en décembre 2005 en compagnie de son ami de l'époque, le Mexicain Israel Vallarta, accusé de commander un gang responsable d'enlèvements, dans une ferme des environs de la capitale.

En 2008, elle avait été condamnée à la prison après un procès à huis clos et sans jurés, comme c'est souvent le cas au Mexique. Ses avocats affirmaient que les droits de la Française n'avaient pas été respectés avant sa mise en accusation.

Son pourvoi en cassation avait été rejeté en février 2011. Le 21 mars 2012, la Cour suprême a rejeté sa demande de remise en liberté immédiate.

Le changement de président au Mexique : une étape décisive

L'affaire Cassez aura été un point de tension entre la France et le Mexique. L'année du Mexique en France, prévue en 2011 et que Nicolas Sarkozy, alors président de la République, souhaitait dédier à Florence Cassez, a même été annulée.

En octobre dernier, François Hollande avait déclaré après avoir reçu le nouveau président mexicain Enrique Peña Nieto, faire "confiance à la Cour suprême pour en terminer avec cette situation que nous jugeons douloureuse mais qui est dans la main et entre les seules mains de la justice mexicaine".

La décision de libérer Florence Cassez doit en effet sans doute beaucoup au fait que l'ancien président mexicain, Felipe Calderon a été remplacé par ce nouveau président Nieto. Ce changement a largement aidé au déblocage de la situation.

Vous êtes à nouveau en ligne