Evasion fiscale : mis en examen Balkany dénonce des "affabulations"

(Patrick Balkany, à son arrivée au pôle financier aujourd'hui © MaxPPP)

Le député-maire UMP de Levallois-Perret est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, corruption, et blanchiment de corruption. Il est soupçonné d'avoir organisé un vaste système d'évasion fiscale. Ce qu'il dément.

C'est donc confirmé : Patrick Balkany est ressorti du pôle financier de Paris mardi soir, lesté de trois mises en examen, pour blanchiment de fraude fiscale, corruption, et blanchiment de corruption. A sa sortie, il a déclaré : "Quand on n'a rien à se reprocher, on se sent bien. Maintenant qu'ils fassent leur enquête. Le seul problème, c'est que je n'ai pas de sociétés et que je n'ai pas de compte à Singapour" . Son épouse Isabelle est déjà mise en examen, depuis le printemps dernier, pour le même dossier.

"Ce que je ne m'explique pas c'est comment les procès-verbaux, les dossiers du juge sont dans Le Monde" (Patrick Balkany)
--'--
--'--

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon ont été alertés par trois notes de Tracfin, l'organisme anti-blanchiment du ministère des Finances. Le journal Le Monde a eu accès à ces notes : y est décrit par le menu le train de vie faramineux des époux Balkany, leurs sociétés off-shore, et un "schéma sophistiqué de fraude" fiscale.

Il est notamment question de 5 millions d'euros, correspondant à une commission versée à Patrick Balkany par un industriel belge, qui se sont proprement envolés... vers un compte à Singapour. C'est cet argent qui aurait servi à payer deux villas somptueuses, l'une au Maroc, et l'autre à Saint-Martin.

 

Vous êtes à nouveau en ligne