Euthanasie : une lettre ouverte pour soutenir le Dr Bonnemaison

(Maxppp)

Plus de 240 médecins ont adressé une lettre ouverte à François Hollande pour s'indigner de la radiation de l'un de leurs confrères Nicolas Bonnemaison. Cet urgentiste est mis en examen pour euthanasie présumée sur sept patients en fin de vie.

La radiation du docteur Bonnemaison, de l'Ordre régional des médecins, remonte au 24 janvier dernier. Après sa mise en examen en août 2011 puis janvier 2012, pour empoisonnement sur sept malades très âgées et vulnérables. Il est soupçonné d'avoir abrégé leur vie dans son service d'urgences à l'hôpital de Bayonne. 

Cette lettre ouverte, adressée au chef de l'État, aux ministres de la Santé et des Personnées âges, et à l'Ordre national des médecins, réclame "la suspension immédiate " de cette radiation et déplorent que la sanction ait été prise sans attendre la fin de l'instruction judiciaire et sans prendre en compte le seul rapport public de l'Igas (l'inspection général des services) qui minimise le rôle du médecin dans ces décès. "Du fait du secret de l'instruction, les membres de la chambre n'ont jamais eu accès aux dossiers médicaux des patients ", indique notamment la lettre.

Des grands noms parmi les signataires

Parmi ses 243 signataires, l'initiatrice, elle-même anesthésiste à Bayonne, mais aussi quinze professeurs d'université, deux anciens directeurs d'hôpitaux et une soixantaine de collègues du docteur, officiant dans le même Centre hospitalier de la Côte basque.

Le fameux rapport de l'Igas, cité plus haut, avait examiné en 2011 les dossiers de 25 personnes décédées dans l'unité où exerçait le docteur Bonnemaison et fait état de "décisions de limitation des traitements, prises de manière collégiale ", alors qu'il est reproché au médecin d'avoir pris décidé seul. Les signataires relèvent aussi qu'aucune famille n'a jamais porté plainte. Le docteur Bonnemaison lui a fait appel de sa radiation. 

Vous êtes à nouveau en ligne