Drame de Clichy en 2005 : premier jour d'un procès très attendu

FRANCE 2

Près de dix ans après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, le procès de deux policiers accusés de non-assistance à personne en danger s'est ouvert à Rennes ce lundi 16 mars.

Le procès des événements du 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) s'est ouvert ce lundi 16 mars à Rennes (Ille-et-Vilaine). D'un côté, les proches de Zyed Benna et Bouna Traoré, les ados morts dans un transformateur alors qu'ils cherchaient à éviter un contrôle de police. De l'autre, deux policiers, un homme et une femme, accusés de non-assistance à personne en danger.
Mariam, cousine de Bouna, attend de la police "déjà des excuses, parce que perdre un être cher de sa famille, ce n'est pas rien". Quand les deux fonctionnaires entrent dans le palais de justice, aucun dialogue ne s'installe, l'ambiance se crispe.

Des enjeux humains et médiatiques

"J'estime ne rien avoir à me reprocher", a déclaré le principal prévenu. À l'issue de ce premier jour, les familles sont éprouvées. "C'est très dur. On a évoqué la mémoire de mon frère. C'était presque insupportable", a lâché à France 2 un frère de Zyed. Les policiers ont pu compter sur le soutien de plusieurs collègues.
Le journaliste de France 2 Dominique Verdeilhan note que ces dix années "n'ont pas apaisé les tensions, et les magistrats semblent l'avoir compris, d'où cette phrase du président en exergue : "'Le tribunal n'ignore pas les enjeux humains et médiatiques de ce procès'."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne