Des pirates somaliens jugés en France

Jean-Yves et Bernadette Delanne, skippers expérimentés résidant en Polynésie française, ont été retenus treize jours par des pirates somaliens à bord de leur voilier le Carré d\'as et libérés par les forces spéciales. 
Jean-Yves et Bernadette Delanne, skippers expérimentés résidant en Polynésie française, ont été retenus treize jours par des pirates somaliens à bord de leur voilier le Carré d'as et libérés par les forces spéciales.  (MINISTERE DE LA DEFENSE/AFP)

Le procès de six pirates somaliens débute mardi 15 novembre aux assises de Paris. Ils avaient été faits prisonniers en 2008 après avoir pris en otage un couple de Français sur le voilier Carré d'As.

C'est une première en France. Mardi 15 novembre s'ouvre à Paris le procès de six Somaliens accusés d'avoir retenu en otage un couple de Français pendant treize jours à bord de leur voilier, le Carré d'As, au large des côtes du golfe d'Aden

Jean-Yves et Bernadette Delanne, tous deux 60 ans à l'époque, avaient été libérés à la suite d'un assaut des forces spéciales françaises dans la nuit du 15 au 16 septembre 2008. Un des pirates avait été tué au cours de l'opération.

De pêcheurs à pirates

Les six Somaliens sont âgés de 21 à 35 ans et se présentent pour la plupart comme de "modestes pêcheurs". Ils sont poursuivis pour enlèvement et séquestration en bande organisée ainsi que vol avec arme, et risquent donc la réclusion criminelle à perpétuité.

Leurs avocats invoqueront les conditions économiques très difficiles ayant pu conduire des pêcheurs de langoustes à se faire pirates.

Selon l'accusation, le commanditaire de la prise d'otage a été identifié en la personne d'un ancien douanier régnant en chef mafieux sur son clan et son village, "un homme en djellaba couvert de bijoux", selon une description qu'en a faite Jean-Yves Delanne aux enquêteurs. Mais l'homme n'a pas été arrêté et n'est donc pas sur le banc des accusés.

D'autres affaires en attente de jugement

Au total, 22 Somaliens attendent d'être jugés dans l'Hexagone, accusés d'actes de piraterie sur des navires français. Tous sont détenus près de Paris. 

Au mois de mai s'ouvrira le procès de six autres Somaliens accusés d'avoir pris en otage pendant une semaine 30 membres d'équipage, dont 22 Français, sur le voilier Le Ponant, en avril 2008. 

Lutter contre un fléau

On estime que fin octobre 2011, 17 bateaux étaient encore aux mains de pirates. Ils sont capables de sévir à des centaines de kilomètres au large du littoral de la Somalie, où l'anarchie et l'insécurité règnent depuis 1991.

L'Union européenne a monté ces dernières années dans la région une opération de surveillance du littoral de la Corne de l'Afrique, dite "Atalante", avec des navires de guerre et des avions de patrouille maritime.

Preuve de cette lutte accrue contre la piraterie, le Premier ministre anglais David Cameron a annoncé lundi la tenue en 2012 à Londres d'une conférence internationale sur l'instabilité en Somalie et la lutte contre la piraterie maritime.