Décès à Orthez : "un problème d'alcool" pour l'anesthésiste

(La maternité de l'hôpital d'Orthez définitivement fermée © MaxPPP)

L’Agence régionale de santé a annoncé ce jeudi la fermeture définitive de la maternité, après la mort d’une jeune maman de 28 ans. Selon le procureur, l'anesthésiste avait un problème d'alcool et elle l'a reconnu. Elle a été placée en détention provisoire.

A la suite d’un accident grave survenu le 27 septembre, l’ARS avait fermé provisoirement la maternité d’Orthez. L’établissement avait dirigé une jeune femme vers une clinique privée de la ville pour une césarienne. Mais la patiente est tombée dans le coma et elle est décédée à l’hôpital de Pau mardi soir où elle avait été transférée. Son bébé est lui en bonne santé.

L'anesthésiste a reconnu "qu'en raison d'un état dépressif, elle était depuis plusieurs mois confrontée à des problèmes d'addiction à l'alcool" (Jean-Christophe Muller, procureur de Pau)
--'--
--'--

Problème sévère d'alcool 

L’anesthésiste de cette clinique, qui s‘était occupée de la jeune maman, a été mise en examen pour homicide involontaire aggravé. Le parquet a indiqué jeudi après-midi qu'elle avait été placée en détention provisoire à la maison d'arrêt de Pau.

Selon une information de France Bleu Béarn, citant le procureur de Pau, cette femme médecin traverse une dépression et elle était en état de forte alcoolémie au moment de son interpellation. Selon le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller, elle reconnaît "qu'en raison d'un état dépressif, elle était depuis des mois confrontée à un problème d'addiction à l'alcool ", ajoutant, "un certain nombre d'éléments semblent confirmer que ce problème existait dans sa pratique professionnelle, jusqu'à y compris, aux conditions dans lesquelles s'est déroulée l'anesthésie qui a été fatale à la victime ".

"L'anesthésiste a un problème d'alcool pathologique"

L'anesthésiste confie avoir bu le jour de l'intervention

Avait-elle bu au moment cet accouchement dont elle avait la charge? Des témoignages feraient état de difficulté pour l'anesthésiste à comprendre ce qu'on lui disait au moment de l'intervention, une césarienne imprévue. Les personnes présentes dans le bloc opératoire racontent qu'elle n'était pas dans son état normal et qu'on lui a demandé de quitter les lieux et d'appeller un autre anesthésiste quand l'état de la patiente s'est aggravé. L'autopsie a montré que la victime avait un hématome sur l'oesophage ce qui s'est prouverait que l'anesthésiste a raté son intubation. 

Lors de sa garde à vue, elle a raconté que le jour de l'anesthésie, elle avait sur elle sa bouteille d'eau minérale qui cachait en fait de la vodka. Chez elle, les gendarmes ont trouvé douze bouteilles de vodka

«Les gens qui étaient présents ont décrit un comportement anormal. » (Daniel Corsand, FB Béarn)
--'--
--'--

L'avenir de la maternité publique était déjà menacé

La maternité d'Orthez était dans le collimateur de l’Agence régionale de santé depuis plusieurs mois car elle avait des difficultés à trouver du personnel médical. Une forte opposition à la fermeture a donné lieu à des mouvements de soutien et des manifestations L’ARS avait alors accordé un sursis au service hospitalier, mais avec cette dramatique affaire et les questions de sécurité posées, le délai ne tient plus.

La décision de fermeture temporaire devient définitive. Selon le directeur de l’Agence, Michel Laforcade, les conditions de sécurité ne sont pas réunies.

"Je ne me vois absolument pas rouvrir cette maternité, sachant que je serai obligé de constater le 11 octobre, date limite, que les conditions ne sont pas remplies."    

"Je constate à ce jour que les obstétriciens ne sont pas là" (Michel Laforcade, directeur de l’Agence régionale de santé)
--'--
--'--

Si la maternité d'Orthez avait dirigé une jeune femme vers la clinique de la ville pour une césarienne, c'est que les deux établissements ont signé des accords pour l'utilisation d'un bloc opératoire et de ses personnels. A présent, les futures mamans suivies par la maternité d’Orthez sont envoyées à Pau ou à Bayonne .

Vous êtes à nouveau en ligne