Cookies au cannabis: l'étudiant écope de quatre mois avec sursis

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un étudiant a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir distribué des gâteaux fourrés au cannabis à ses camarades et à un enseignant avant un concours. "Je ne savais plus ce que je faisais", a déclaré le jeune homme à l'audience.

Le tribunal correctionnel d'Arras a condamné un jeune étudiant à quatre mois de prison avec sursis pour avoir distribué des cookies contenant l'équivlaent d'une quinzaine de joints  à ses camarades et à un professeur. Valentin, âgé de 21 ans, devra également accomplir 180 heures de travaux d'intérêt général et soigner son addiction.

"Je ne savais plus ce que je faisais"

Etudiant dans un IUT du centre de la France, le jeune homme se rendait à un concours interuniversitaire à Cambrai, le 19 mars dernier, accompagné d'un groupe de camarades et de professeurs. Lors d'un arrêt pour un changement de train, Valentin leur avait distribué des biscuits au cannabis faits maison.

"Après avoir déjà mangé deux cookies, je ne savais plus ce que je faisais ", s'est excusé le jeune homme à l'audience, jeudi soir, assurant qu'il n'avait pas prévu de partager ses biscuits.

Quatres élèves avaient été rapidement pris d'un malaise, et un professeur s'était évanoui après des "hallucinations conséquentes ", selon le rapport médical produit à l'audience. Les élèves, malades, avaient été incapables de présenter le concours qu'ils préparaient depuis deux ans. 

"Vos talents culinaires ne vous donneront pas 3 étoiles"

"Etant consommateur, je ne pensais pas que les effets dureraient aussi longtemps ", a reconnu Valentin, expliquant qu'il fumait à l'époque cinq joints par jour depuis un an. C'est la troisième condamnation sur le casier judiciare du jeune homme, qui a dit à l'audience s'être "rendu compte de la bêtise du cannabis ", et avoir déjà entrepris de se soigner.

"Vos talents culinaires ne vous donneront pas trois étoiles au Michelin, mais un ticket d'entrée pour la maison d'arrêt ", a conclu le procureur.

Vous êtes à nouveau en ligne