Comparaison des prières de rue à l'Occupation : Marine Le Pen relaxée

(Marine Le Pen le 18 novembre 2015 ©maxPPP)

La présidente du Front national Marine Le Pen a été relaxée pour avoir comparé les prières de rues musulmanes à l'Occupation nazie.

Le tribunal correctionnel de Lyon a relaxé mardi la présidente du Front national, Marine Le Pen, poursuivie pour incitation à la haine après avoir comparé, fin 2010, les prières de rue de musulmans à l'Occupation nazie. 

A LIRE AUSSI  ►►► Marine Le Pen jugée pour avoir comparé les prières de rue à l'Occupation

Les magistrats ont suivi l'avis du parquet qui avait requis la relaxe à l'égard de Mme Le Pen, lors de l'audience le 20 octobre. Elle était jugée pour "provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion", pour des propos tenus il y a cinq alors lors d'une réunion publique à Lyon, alors qu'elle était en campagne pour la présidence du FN face à Bruno Gollnisch. 

Vous êtes à nouveau en ligne