Bouygues condamné à 25.000 euros d'amende pour travail dissimulé

(Le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dans la Manche, en 2013 © MAXPPP)

Le tribunal correctionnel de Cherbourg a condamné mardi cinq sociétés dont le géant du BTP Bouygues pour avoir recouru à l’emploi de travailleurs dissimulés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dans la Manche.

Le groupe Bouygues a été reconnu coupable ce mardi d’avoir recouru à l’emploi de travailleurs dissimulés. Entre 2008 et 2012, quelque 460 ouvriers polonais et roumains ont été employés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dans la Manche. Le tribunal correctionnel de Cherbourg a condamné le géant du BTP à 25.000 euros d’amendes.

Quatre autres sociétés Atlanco, Elco, Quille Constructions, une filiale de Bouygues, et Welbond Armatures, jugées pour le même motif, ont écopé d’amendes allant de 5.000 à 70.000 euros.

Une demi-victoire des syndicats

En mars dernier, le procureur du tribunal correctionnel de Cherbourg avait requis 150.000 euros d’amende. La peine est donc bien inférieure. Ce que regrettent les syndicats et notamment la CGT qui s’était constituée partie civile. "On peut détourner jusqu’à 22 millions d’euros de cotisations sociales et ne payer une amende que de 25.000 euros " a déploré Jean-Pascal François, le secrétaire fédéral du syndicat dans la branche construction. "Face à de telles entreprises, notre détermination est complète, jamais on n’arrêtera de se battre" , a-t-il ajouté.

Jean-Pascal François, secrétaire fédéral de la CGT construction, parle d'une demi-victoire
--'--
--'--

Bouygues va faire appel

De leur côté, les avocats de Bouygues, qui avaient plaidé la relaxe, ont annoncé que l’entreprise allait faire appel. "Il y a quelques infractions que nous contestons ", a souligné mardi Maître Pierre Cornut-Gentille, l’un des défenseurs du groupe de BTP.

Vous êtes à nouveau en ligne