Une caution d'un million d'euros pour Isabelle Balkany, soupçonnée de blanchiment de fraude fiscale

Isabelle Balkany, le 22 octobre 2010, lors d\'une séance du conseil géneral des Hauts-de-Seine, à Nanterre.
Isabelle Balkany, le 22 octobre 2010, lors d'une séance du conseil géneral des Hauts-de-Seine, à Nanterre. (MAXPPP)

Mise en examen jeudi soir pour des faits présumés de blanchiment de fraude ficale, la première adjointe du maire UMP de Levallois-Perret est également interdite de sortie du territoire.

Isabelle Balkany, épouse et première adjointe du maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a été mise en examen jeudi 22 mai pour des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale par des juges financiers. 

Pour rester libre et rentrer chez elle dès jeudi soir, Isabelle Balkany a dû s'acquitter d'une caution d'un montant d'un million d'euros, selon Mediapart (article payant). Une source proche du dossier indique au Parisien que la somme sera versée "dans les mois qui viennent"Par ailleurs, dans le cadre du contrôle judiciaire d'Isabelle Balkany, celle-ci est interdite de sortie du territoire, selon le site du JDD

Jean-Pierre Aubry, ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany à la mairie et intime du couple, a lui aussi été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Le montant de sa caution plus faible, il devra payer 75 000 euros, selon les informations du JDD.fr. 

Des "questions fiscales et patrimoniales"

Deux villas, à Saint-Martin, dans les Antilles, et à Marrakech, au Maroc, sont au centre des préoccupations des juges. Les enquêteurs se demandent si Isabelle et Patrick Balkany, qui en sont des usagers, n'en sont pas aussi les véritables propriétaires, dissimulés derrière des prête-noms et un écheveau de sociétés off-shore et de comptes bancaires dans des paradis fiscaux.

Après l'annonce de la mise en examen de sa cliente qui concerne des "questions fiscales et patrimoniales", l'avocat d'Isabelle Balkany a insisté sur le fait que la mise en examen de sa cliente concernait "exclusivement une problématique financière d'origine familiale strictement personnelle et ancienne de plus de 20 ans". Et il a martelé : "Cette mise en examen ne concerne pas son activité politique, elle ne concerne pas l'activité politique de son mari, elle ne concerne pas non plus l'hôtel de ville ou la mairie de Levallois-Perret, elle ne concerne pas des entreprises, des marchés ou des travaux publics."