Barrage de Sivens : la déclaration d'utilité publique annulée

(La "ZAD" de Sivens, en 2015. © Stéphane Iglesis/Radio France)

Le tribunal administratif de Toulouse a annulé ce vendredi la déclaration d'utilité publique du barrage de Sivens, dans le Tarn. L'intégralité de la procédure est rejetée.

C’est la totalité de la procédure qui a été annulée par le tribunal de Toulouse ce vendredi. La cour a rejeté les trois arrêtés préfectoraux pris autour du projet : celui de déclaration d’utilité publique, celui sur la dérogation à la loi sur les espèces protégées qui vivent sur la zone du barrage, et l’autorisation de défrichement du site.

La déclaration d'intérêt général avait déjà été abrogée par l'État lors de l’abandon du projet en 2015. Le projet de barrage avait été abandonné en 2015, après la mort du militant écologiste Rémi Fraisse, et remplacé par un système d'irrigation moins important.

Une victoire pour les opposants au barrage. Pour Ben Lefetey, le porte-parole du Collectif Testet, "ce barrage était surdimensionné, inutile et illégal". Il regrette cependant qu’il ait fallu une occupation, et surtout un mort (Rémi Fraisse, touché par une grenade le 26 octobre 2014 lors d'affrontements avec les forces de l'ordre) pour arriver à l’annulation du chantier.

Les opposants réclament aujourd’hui la remise en état du site, très abîmé par les premiers travaux.

Le deuxième projet de barrage compromis

Le département du Tarn, à l’origine du projet de barrage, n’a pas encore réagi à la décision. Un second projet pour apporter de l’eau d’irrigation aux agriculteurs était en route. Cependant, celui-ci s’appuyait sur la déclaration d’utilité publique du premier barrage. Avec son annulation par la justice, c’est l’intégralité de la procédure qui doit être reprise de zéro. 

Une réunion de commission est prévue ce samedi sur le sujet.

La justice annule la déclaration d'utilité publique du barrage de Sivens : les explications de Frédéric Bourgade
--'--
--'--