Assassinat d'Antoine Sollacaro : six interpellations à Ajaccio, Marseille et Paris

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de l'ancien bâtonnier d'Ajaccio Antoine Sollacaro en octobre dernier, six personnes ont été arrêtées mercredi. Quatre d'entre elles ont été interpellées en Corse, et deux sur le continent, notamment à Marseille. Selon les enquêteurs, les individus arrêtés auraient pu fournir la moto et l'arme qui ont servi aux assassins du pénaliste corse.

Antoine Sollacaro a été tué par balles par un tueur en moto, le 16 octobre 2012, alors qu'il se trouvait au volant de sa
voiture dans une station-service d'Ajaccio. Le gérant de la station a vu
l'avocat se faire tirer dessus
par un homme casqué qui a pris la fuite en moto.

Un coup de filet a été mené mercredi en Corse et sur le continent avec six interpellations. Selon les enquêteurs, les individus arrêtés et placés en garde à vue auraient pu fournir la moto et l'arme qui ont servi aux assassins du pénaliste corse.

Quatre personnes ont été interpellées à Ajaccio. Parmi elles se trouve notamment un employé d'une concession de motos de la ville. Une personne a été arrêtée à Paris par des policiers de la Direction
régionale de la police judiciaire (DRPJ). 

L'ADN d'un CRS retrouvé

Une dernière personne a été interpellée chez elle à Luynes, près de Marseille. Il s'agit d'"un fonctionnaire des CRS dont l'ADN aurait été retrouvé sur la moto qui a servi au crime ", a expliqué le correspondant de France Info à Marseille, Laurent Gauriat. "Soit elle lui appartient, soit il l'a vendue mais son ADN est resté sur les poignées ", a-t-il précisé. 

Le fonctionnaire, âgé d'une trentaine d'années et membre de la CRS 50 de Saint-Etienne, a indiqué qu'il avait pu manipuler des pièces de la moto lors d'un contrôle et nié toute implication dans l'assassinat. Il figurait dans le fichier des empreintes pour une affaire d'usage de cannabis.

Sollacaro/Nacer, une même moto pour les deux meurtres

Le meurtre de Me Sollacaro été suivi le 14 novembre de l'assassinat, encore à Ajaccio, du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, 49 ans, tué par balles dans son magasin de confection par un commando de tueurs également à moto. 

Selon les enquêteurs, qui s'appuient sur des témoignages et des enregistrements vidéo, la même machine, une BMW 120 GS0, a bien été utilisée pour les deux assassinats. Ce véhicule a été retrouvé dans le maquis près d'Ajaccio en début d'année.

Vous êtes à nouveau en ligne