Après la défaite, le "petit changement d'agenda" de Manuel Valls

(Manuel Valls a préféré rester à Paris © REUTERS | Pascal Rossignol)

Deux jours après le second tour des départementales, le Premier ministre a annulé son déplacement à Berlin et à Francfort pour le Conseil des ministres franco-allemand et son rendez-vous à la BCE. Il préfère rester à Paris et faire front. Un changement d’agenda qui sent un peu la panique.

 "La panique, c’est quand on a peur, là il s’agit seulement d’un petit changement d’agenda ", voilà un conseiller qui n’a pas peur des euphémismes. En fait Manuel Valls a bouleversé son agenda au dernier moment, la décision a été prise hier au cours de son déjeuner avec François Hollande. Les deux hommes se sont dit qu’il fallait qu’il reste à Paris pour parler à sa majorité au petit déjeuner et aux députés socialistes dans la matinée et surtout pour qu’il réponde à la droite dans l’hémicycle. Pendant les questions au gouvernement, un fauteuil vide, ça fait celui qui n’assume pas.

Les Français ne demandent pas un coup de barre à gauche

Le Premier ministre va donc assumer l’échec, mais il ne dira pas grand chose de plus que dimanche soir : pour Matignon les Français ne demandent pas un coup de barre gauche, il suffit de regarder les résultats des frondeurs et des communistes. Le gouvernement va donc maintenir le cap, tant bien que mal. Et pendant que le Premier ministre tente de contenir sa majorité, le patron du PS a été chargé d’une mission de la plus haute importance il doit convaincre les écologistes de faire alliance pour se qualifier au second tour en 2017.

A LIRE AUSSI ►►► Le "dialogue renoué" entre le PS et les écologistes

Vous êtes à nouveau en ligne