Agression à la prison d'Alençon : "Ça commence à faire beaucoup"

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un surveillant a été agressé jeudi la maison centrale d'Alençon, dans l'Orne. Un détenu, identifié comme étant dangereux, a porté plusieurs coups de poinçon, un couteau artisanal, à ce gardien âgé de 35 ans. C'est le deuxième incident grave en quelques jours. Les syndicats dénoncent une "poudrière" et demandent des moyens supplémentaires.

Un gardien de prison a
été blessé jeudi après avoir reçu plusieurs coups de poinçon
artisanal par un détenu, à la maison centrale d'Alençon (Orne). Légèrement blessé, il a été hospitalisé.

C'est le deuxième incident violent en
quelques jours dans cette prison ultra-sécurisée construite pour recevoir des
détenus ayant des problèmes disciplinaires. Le 30 décembre, l'établissement
avait été le théâtre d'une prise d'otage
. Un
surveillant avait été retenu pendant plus de quatre heures par deux détenus
armés là aussi d'un couteau artisanal. Il avait finalement été relâché sain et
sauf.

Les syndicats dénoncent "une poudrière"

Pour Patrice Gandais, du syndicat UFAP, premier syndicat pénitentiaire, il faut des surveillants supplémentaires pour gérer cette
population carcérale particulière. Et le syndicaliste de critiquer l'absence de
réponse de l'administration pénitentiaire après ces différents incidents. "C'est
tout à fait regrettable que l'administration n'ait aucune proposition à nous faire
pour régler le problème de fonctionnement de cet établissemen
", déclare-t-il
sur France Info.

"Faudra-t-il un mort pour être entendu sur nos mises en garde quasi quotidiennes quant à cette poudrière qu'est devenu le centre pénitentiaire d'Alençon-Condé-sur-Sarthe," interroge le syndicat dans un communiqué en appelant "tous les partenaires sociaux à la riposte".

De son côté, FO demande
 la création de 50 postes de surveillants supplémentaires et appelle à une journée
nationale d'action avec le SPS et la CFTC le 14 janvier pour réclamer des "états généraux de la
prison" face à la recrudescence des incidents dans les prisons françaises.

Inauguré en
avril, le centre pénitentiaire d'Alençon/Condé-sur-Sarthe accueille 70
détenus condamnés à des peines longues
et réputés, pour certains, difficiles. Depuis, plusieurs troubles ont éclaté dans cet établissement, qui focalise désormais les tensions.

Vous êtes à nouveau en ligne