Affaire Zahia : Ribéry et Benzema jugés à partir d'aujourd'hui

(Benoît Tessier Reuters)

Ce lundi s'ouvre le procès de l'affaire Zahia, du nom de la jeune escort-girl avec laquelle les footballeurs Franck Ribéry et Karim Benzema sont accusés d'avoir eu des relations sexuelles alors qu'elle était encore mineure. 

Un procès retardé

Le procès aurait dû avoir lieu en juin dernier, mais il a été
renvoyé à la suite d'une raison de procédure. Lors de l'instruction, le parquet avait requis un non-lieu concernant
les deux stars de l'équipe de France, estimant qu'ils ignoraient que la
prostituée était mineure. Le juge a renvoyé l'affaire devant le tribunal correctionnel de Paris.

Les accusations

Le milieu offensif du Bayern de Munich, qui a raté le Ballon d'Or de peu, est soupçonné d'avoir eu des rapports sexuels avec
Zahia Dehar, une call-girl mineure au moment des faits, en 2009 à Munich, puis à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Il l'aurait
payée 700 euros la première fois, mais ne l'aurait pas rémunérée la seconde.

Karim Benzema est soupçonné de lui avoir remis 500 euros en mai
2008, après une relation sexuelle dans un hôtel parisien.

Ce qu'ils risquent

Ils encourent tous les deux trois ans de prison et 45.000 euros
d'amende pour recours à prostitution de mineure.

Ce qu'ils disent

Franck Ribéry a reconnu avoir eu des rapports sexuels
avec Zahia mais a assuré ne pas avoir payé la jeune femme - à qui il n'aurait
donné que 200 euros pour prendre un taxi -, ne pas avoir su qu'elle se
prostituait et ignorer son jeune âge.

Des affirmations déjà mises en doute par l'accusation, pour qui "la
venue de Zahia en Allemagne dans le simple but d'avoir des relations sexuelles
avec lui aurait dû 
l'alerter sur la nature de ses prestations ". Il est par ailleurs improbable, aux yeux des juges, que la jeune
femme, qui se prostituait depuis l'âge de 15 ou 16 ans et faisait payer ses
prestations en moyenne 1.000 à 1.500 euros, se soit déplacée à l'étranger pour
des relations non rémunérées.

Benzema, de son côté, nie toute relation avec Zahia, qui avait
alors 16 ans. Son avocat a refusé de s'exprimer avant le début du procès.

Ce qu'elle dit

Pour l'instant, rien. Zahia ne s'est pas
constituée partie civile. Un argument repris par l'avocat de Ribéry, pour qui "elle l'aurait fait si elle s'estimait victime ".   

"Elle n'a fait que répéter, après même
l'instruction, que M. Ribéry ne savait pas. Elle l'a dit encore dans une
émission. Ce qui est important, c'est qu'on ressent une grande lucidité chez cette
femme
", a-t-il ajouté. Citée par le parquet en tant que témoin,
Zahia Dehar ne se présentera pas devant le tribunal, à moins que celui-ci ne
l'exige expressement, selon son avocat, Maître Daniel Vaconsin.

Vous êtes à nouveau en ligne