Affaire Volkswagen : un site pour regrouper les plaignants

(Un site a été ouvert à Paris pour rassembler les plaignants de l'affaire Volkswagen © MaxPPP)

L’Ordre des avocats de Paris a ouvert une plateforme pour rassembler les propriétaires de véhicules mécontents de l’affaire des moteurs truqués visant le constructeur allemand.

Partant du principe que l'union d'une même colère fait la force juridique, les avocats de l'Ordre du barreau de Paris proposent aux plaignants de l'affaire Volkswagen de se regrouper. Cette action commune passe par une inscription sur un site internet.

A LIRE AUSSI ►►►Ségolène Royal : les premiers tests en France confirment "la tricherie" de Volkswagen

Des preuves amenées par l'enquête en cours

Puisqu'un million de voitures sont potentiellement concernées en France par l'affaire des moteurs truqués, les plaintes pourraient se multiplier ces prochains mois. Les propriétaires lésés, qui seraient intéressés par cette union des plaintes, peuvent s’enregistrer jusqu'au 31 décembre sur la plateforme mise en place par l'Ordre du barreau de Paris. Maitre Charles Constantin-Vallet, chargé de porter cette action, explique que la plateforme intitulée Avocats actions conjointes va permettre aux plaignants de "se rassembler et de faire valoir leurs droits ".

La particularité de cette action, c’est qu’elle ne se déroulera pas au civil mais au pénal. Une voie juridique qui change tout au niveau de la charge de la preuve. Selon Maitre Constantin-Vallet, "le consommateur pourra porter plainte dans le cadre d’une enquête puisqu’elle est en cours et cette enquête permettra de rassembler des preuves sans que les plaignants aient à faire des actes spécifiques ou des avances de frais".

L’inscription à l’action collective est payante. Chaque consommateur devra régler un honoraire fixe à 600 euros, auquel il faudra ajouter des honoraires de résultat. Quant à l'indemnité à laquelle pourrait prétendre obtenir chaque client, le défenseur l'estime à au moins 10 à 20 % du prix d'achat du véhicule.

Le reportage de Dominique Loriou pour France Info sur la plateforme Avocats actions conjointes
--'--
--'--