Procès Outreau : l'avocat général requiert l'acquittement de Daniel Legrand

Daniel Legrand arrive à la cour d\'assises des mineurs de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 3 juin 2015.
Daniel Legrand arrive à la cour d'assises des mineurs de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 3 juin 2015. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Acquitté en 2005 en tant que majeur, Daniel Legrand est cette fois poursuivi pour des faits de pédophilie qui auraient été commis avant sa majorité. Les avocats de la défense ont renoncé à plaider.

L'avocat général Stéphane Cantero a requis, jeudi 4 juin, l'acquittement de Daniel Legrand, qui comparaît à Rennes (Ille-et-Vilaine) dans le dernier volet de l'affaire d'Outreau. Le jeune homme est en théorie passible de vingt ans de réclusion criminelle pour les faits de viols et d'agressions sexuelles sur mineurs qui lui sont reprochés. Acquitté en 2005 en tant que majeur, le jeune homme est cette fois poursuivi pour des faits qui auraient été commis avant sa majorité.

"Je vous demande [d'acquitter] non parce qu'il y a des doutes mais parce que Daniel Legrand est innocent, parce qu'il n'a rien fait !", a lancé Stéphane Cantero aux six jurés, en concluant son réquisitoire. L'avocat général a comparé l'instruction d'Outreau, menée par le juge Fabrice Burgaud, à un monde kafkaïen rendant folles les personnes mises en cause. Cela expliquerait, selon lui, les aveux de culpabilité temporaires de Daniel Legrand.

Les avocats de la défense renoncent à plaider

Des aveux sur lesquels les avocats des parties civiles ont principalement appuyé leurs plaidoiries, mercredi 3 et jeudi 4 juin. Les avocats des enfants Delay ont tous défendu la thèse de la culpabilité de Daniel Legrand pour ces faits de pédophilie, non encore jugés.

Stéphane Cantero a estimé que ces accusations étaient le fruit de "souvenirs reconstruits", résultant des sévices et des viols subis dans leur enfance mais aussi des violences psychologiques vécues lors de l'instruction et des procès. "C'est les respecter aujourd'hui que de leur dire qu'ils se trompent", a déclaré l'avocat général.

Après ces réquisitions, les six avocats de la défense ont renoncé à plaider, comme ils l'avaient fait au procès en appel à Paris en 2005. Me Hubert Delarue a lu une déclaration à la cour : "A cet instant où je prends solennellement la parole, nous entendons rappeler que les quatre enfants Delay sont des victimes. Après ce réquisitoire où l'acquittement a été requis non au bénéfice du doute mais parce que Daniel Legrand est innocent, nous avons décidé de ne pas plaider. A l'avenir, personne ne pourra plus sérieusement mettre en doute son innocence, que ce soit dans les couloirs des palais de justice, dans la cité ou dans la rue, où il doit pouvoir enfin se promener la tête haute comme tous les autres acquittés." Le verdict est attendu vendredi.

Vous êtes à nouveau en ligne