Affaire Lambert : la Cour européenne tranche ce vendredi

(Vincent Lambert ne communique plus depuis des années © Maxppp)

La Cour européenne des droits de l'Homme rend sa décision à 11 heures ce vendredi dans l’affaire Vincent Lambert. Elle devra décider si l’arrêt des traitements de Vincent, tétraplégique, est légale ou non.

Que va dire la Cour européenne des droits de l'Homme dans l'affaire Vincent Lambert ? Elle rend sa décision à 11h ce vendredi. La juridiction européenne a été saisie par les parents de Vincent Lambert, tétraplégique depuis un accident de la route en 2008.

 

Depuis deux ans, sa famille se déchire. Sa femme Rachel et plusieurs de ses proches demandent l'arrêt des traitements, en l'occurrence l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles. Le conseil d'Etat leur avait donné raison il y a un an, mais les parents de Vincent Lambert ont donc saisi la CEDH, estimant que leur fils n'est pas dans un état végétatif.

 

A LIRE AUSSI

►►► Viviane Lambert : mon fils "n’est pas en fin de vie"

►►► La femme de Vincent Lambert se confie 

 

Au fil des recours en justice, l'histoire de Vincent Lambert n'est plus un drame intime, mais elle est devenue une affaire publique, sur ce sujet si douloureux, si complexe qu'est la question de la fin de vie et des soins palliatifs. En plus, une famille se déchire autour du lit de Vincent Lambert. D'un côté, il y a Rachel, l'épouse de Vincent, et une grande partie de ses proches, dans cette famille aux neuf enfants. "Il faut laisser partir Vincent ", disent-ils, "il n'aurait jamais voulu vivre comme ça ".

Suite d'actions judiciaires

Il y a deux ans, l'équipe médicale du CHU de Reims, après une procédure collégiale prévue par la loi Léonetti, décide d'arrêter l'alimentation artificielle, car il y a selon les médecins, des signes de "refus de vivre et plus aucun espoir d'amélioration de son état ".

 

Mais Viviane et Pierre Lambert, les parents de Vincent, refusent de voir mourir leurs fils, ces fervents catholiques saisissent le tribunal administratif qui leur donne raison : Vincent Lambert est rebranché. Sa femme se tourne alors vers le conseil d'Etat. Après avoir nommé un collège d'experts, les sages estiment en juin dernier que la décision de mettre fin aux traitements de Vincent est légale. Mais la guerre judiciaire se poursuit, puisque les parents de Vincent Lambert déposent une requête devant la CEDH.

Cour européenne : épilogue judiciaire ?

Quel sera le sens de la décision de la justice européenne ? Va-t-elle faire droit aux arguments des parents de Vincent Lambert, qui évoquent une atteinte au droit à la vie ? Ou va-t-elle au contraire faire prévaloir le respect du droit de Vincent Lambert à ne pas subir "une obstination thérapeutique déraisonnable " ? Quelle que soit la décision, aucun des deux camps ne renoncera. Si la CEDH confirme que l'arrêt des traitements de Vincent Lambert ne viole pas la convention européenne des droits de l'Homme, ses parents et leurs avocats font d'ores et déjà savoir qu'ils saisiront de nouveau la justice administrative.

 

"Nous nous sommes battus depuis deux ans, on ne va pas maintenant baisser les bras. On n’en est pas sorti de cette affaire ", a confié Viviane Lambert à France Info. "Le protéger, le défendre " c'est aussi ce que dit son épouse Rachel. Depuis deux ans, tout le monde parle au nom d'un homme qui ne peut plus communiquer.

Vous êtes à nouveau en ligne