Affaire Kerviel : des révélations sur l'enquête qui tombent à pic

(Des révélations qui arrivent à point nommé pour Jérôme Kerviel à la veille d'une demande en révision de son procès © MaxPPP)

Selon Mediapart et le journal 20 Minutes, une ex-magistrate met en cause la Société Générale dans un enregistrement réalisé à son insu, alors que l'ex-trader demande une révision de son procès.

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire Jérôme Kerviel contre la Société Générale qui intervient à quelques heures d’une demande de procès en révision prévue lundi après-midi pour l’ancien trader, accusé d’avoir fait perdre 5 milliards d’euros à la banque pour laquelle il travaillait. Selon les révélations de Mediapart et du journal gratuit 20 Minutes , une ancienne magistrate qui avait suivi l’affaire au parquet de Paris met en cause la Société Générale, dans un enregistrement réalisé à son insu.

Cet enregistrement, d’une durée de 40 minutes, a été réalisé en juin 2015 par Nathalie Le Roy, une commandante de police qui venait d’être écartée de l’enquête Kerviel dont elle avait été chargée à la Brigade financière.

A LIRE AUSSI ►►►Affaire Kerviel : le dossier pénal devant la commission de révision

La policière est allée s’entretenir avec Chantal de Leiris, ancienne vice-procureur du Parquet de Paris. Et la magistrate, qui ne se doute pas que ses propos vont être enregistrés en micro caché, dit à la policière : "Tous les gens qui sont dans la finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société générale savait. C’est évident ! Evident !"   Et, à propos des plaintes de Kerviel contre son ancien patron, des plaintes classées sans suite, la magistrate du parquet poursuit : "C’est vrai ce que vous dites, vous avez été entièrement manipulée par la Société Générale".  

Alors, la Société Générale, a-t-elle toujours su que son jeune trader prenait des risques énormes pour tenter de gagner des milliards ? C’est ce qu’a toujours affirmé Jérôme Kerviel, qui a été renvoyé seul en correctionnelle, condamné seul à de la prison, en 2010, peine confirmée par une cour d’appel.

L’ex-trader espère donc maintenant la révision de son procès et ces nouvelles révélations médiatiques tombent à pic.

Vous êtes à nouveau en ligne