VIDEO. IVG : "Le but est d'obliger ces sites à dire qui ils sont", défend Laurence Rossignol

FRANCEINFO

La ministre des Familles était l'invitée de la matinale de franceinfo, jeudi.

L'Assemblée nationale examine, jeudi 1er décembre, une proposition de loi élargissant le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossessse (IVG) à des sites internet diffusant de fausses informations. "Cette proposition de loi vise à mettre de l'ordre sur ce qu'il se passe sur internet en matière d'information et d'IVG", a expliqué, sur franceinfo, Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.

>> DIRECT. Le délit d'entrave à l'IVG en débat à l'Assemblée nationale

"Je suis très attachée à la liberté d'expression. Etre hostile à l'IVG est une opinion que chacun peut exprimer comme il veut, autant qu'il veut. Mais tromper les femmes, faire pression sur elles, n'est pas une opinion. La liberté d’expression n’inclut pas le droit au mensonge. Je souhaite que ces sites cessent de délivrer des informations tronquées en se dissimulant derrière l’apparence de la neutralité", a-t-elle poursuivi. Avec cette loi, Laurence Rossignol veut "forcer ces sites à annoncer la couleur".

Les évêques de France dénoncent de leur côté l'interdiction de tous propos hostiles à l'IVG avec cette proposition de loi. "C'est une position constante de l'Eglise catholique que de s'opposer au droit à l'IVG et à toutes les lois qui ont pour but de garantir ce droit. Donc c'était prévisible, ils sont dans leur rôle, je suis dans le mien", a réagi la ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne