Etats-Unis : la justice accorde un sursis à l'unique clinique du Missouri pratiquant des avortements

Des militantes pro-choix célèbrent le répit accordé par la justice à la clinique du Missouri pratiquant des IVG, à Saint-Louis, le 31 mai 2019.
Des militantes pro-choix célèbrent le répit accordé par la justice à la clinique du Missouri pratiquant des IVG, à Saint-Louis, le 31 mai 2019. (SAUL LOEB / AFP)

Plusieurs Etats conservateurs se sont lancés dans une attaque en règle contre le droit à l'avortement, pourtant garanti depuis 1973 par la Cour suprême des Etats-Unis.

La justice américaine a octroyé, vendredi 31 mai, un répit à l'unique clinique du Missouri pratiquant des avortements, à quelques heures de l'expiration de sa licence, empêchant cet Etat de devenir le seul des Etats-Unis sans accès à l'IVG. Le juge Michael Stelzer a ordonné le maintien des activités de la clinique de Saint-Louis, en attendant une décision sur le fond dans le conflit qui l'oppose aux autorités du Missouri. 

"C'est une victoire pour les femmes du Missouri, mais la lutte n'est pas terminée", a commenté la présidente de l'organisation Planned Parenthood qui gère ce centre de soins. Les opposants à l'avortement, qui s'étaient massés devant la clinique, se sont eux évaporés à l'annonce de la décision. La prochaine étape de la bataille ne tardera pas : le juge a fixé une nouvelle audience dès mardi matin.

Les autorités sanitaires disent avoir découvert des "lacunes" lors d'une inspection de routine et exigent d'interroger tous les médecins ayant pratiqué des IVG au cours de l'an passé dans la structure. Elles refusent de renouveler la licence de la clinique tant que ces docteurs n'auront pas été entendus. Mais certains refusent de s'y plier sans savoir ce qu'on leur reproche.

Une fronde contre l'IVG dans les Etats du sud

Plusieurs Etats conservateurs se sont lancés dans une attaque en règle contre le droit à l'avortement, pourtant garanti depuis 1973 par la Cour suprême des Etats-Unis. Le Missouri vient d'adopter une nouvelle loi qui interdit l'IVG après huit semaines de grossesse. Sept autres Etats américains, dont la Louisiane, ont eux fixé l'interdiction au moment où les "battements de cœur" du fœtus sont détectables (vers six semaines).

L'Alabama est allé encore plus loin en interdisant tous les avortements, même en cas de viol ou d'inceste. Ces lois ont toutes les chances d'être invalidées par la plus haute juridiction américaine. Mais les anti-avortement misent sur l'arrivée de deux juges nommés par le président Donald Trump, qui ont cimenté l'institution dans le camp conservateur.

Vous êtes à nouveau en ligne