Des cadres du FN affichent leur soutien à Marion Maréchal-Le Pen, "seule" à vouloir dérembourser l'IVG selon Florian Philippot

La députée FN du Vaucluse Marion-Maréchal-Le Pen, le 23 octobre 2016 à La Tour-d\'Aigues (Vaucluse).
La députée FN du Vaucluse Marion-Maréchal-Le Pen, le 23 octobre 2016 à La Tour-d'Aigues (Vaucluse). (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

La députée du Vaucluse avait jugé lundi qu'il fallait "revenir sur le remboursement intégral et illimité de l'avortement", ce qui lui avait valu un recadrage de la part de Marine Le Pen.

Florian Philippot la disait "seule et isolée" au sein du FN. Ses fidèles veulent démontrer le contraire. Plusieurs cadres du parti ont apporté publiquement leur soutien à Marion Maréchal-Le Pen, mercredi 7 décembre, après que l'élue frontiste a affirmé, dans le quotidien catholique d'extrême droite Présent, sa volonté de remettre en cause le remboursement "intégral et illimité" de l'IVG.

Selon un décompte de l'AFP, au moins sept responsables départementaux du parti (Ain, Allier, Aveyron, Isère, Hautes-Pyrénées, Loire, Puy-de-Dôme) ont affiché sur Twitter leur soutien à la députée du Vaucluse, mais aussi plus d'une dizaine de conseillers régionaux, des conseillers départementaux et des élus municipaux FN. Le groupe FN au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes et Bruno Lemaire, l'une des chevilles ouvrières du programme économique du parti, ont aussi tweeté leur soutien.

Une phrase "maladroite et blessante" 

Ils ont été nombreux à reprendre le mot d'ordre lancé dans la nuit par Hervé de Lépinau, conseiller départemental du Vaucluse et suppléant de la benjamine de l'Assemblée nationale. "'Une personne seule et isolée' au sein du FN : ben non, on est déjà 2 ! Manifestez votre soutien à Marion Maréchal-Le Pen", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Le tout assorti d'une photo avec la députée.

Contacté par franceinfo, Hervé de Lépinau explique avoir cherché à répondre "avec ironie" à une phrase "maladroite et blessante" de Florian Philippot. "Sa réaction m'a un peu piqué", reconnaît le conseiller départemental. "Ce n'est pas pour autant qu'on allume un incendie", poursuit-il, contestant toute dissension sur la question de l'avortement au sein du parti. Lundi 5 décembre pourtant, Marine Le Pen avait dû sortir de son silence pour contredire les propos de sa nièce. "Le périmètre de l'accès à l'IVG et son remboursement ne font pas partie de [son] programme", avait-elle assuré.

"Des idées défendues par le FN depuis sa création"

A rebours de la ligne officielle, la position de Marion Maréchal-Le Pen sur l'avortement suscite toujours l'adhésion de certains cadres du Front national. "Elle est loin d'être isolée", abonde Pierre Cheynet, membre du Comité central du parti, conseiller municipal d'Aurec-sur-Loire (Haute-Loire) et auteur d'un tweet de soutien. Et pour cause, "Marion Maréchal-Le Pen porte des idées toujours défendues par le FN depuis sa création", rappelle l'élu, qui regrette que certains sujets de société ne soient pas davantage "débattus en interne"

Autant de sensibilités divergentes à gérer pour le parti frontiste. Mais qui ne sauraient, selon Hervé de Lépineau, empiéter sur un dénominateur commun : la conquête du pouvoir.

Notre objectif, c'est de faire péter le verrou du souverainisme [en 2017]. Après, en bon gaulois, on aura tout notre temps pour s'envoyer du poisson dans la figure sur les sujets de société. Hervé de Lépineauà franceinfo

Contacté par franceinfo, Florian Philippot n'a pas donné suite à notre demande d'interview. 

Vous êtes à nouveau en ligne