Marche contre l'islamophobie : pourquoi des manifestants ont-ils scandé "Allah akbar" ?

Des manifestants participant à la marche contre l\'islamophobie, le 10 novembre 2019 à Paris, près de la gare du Nord.
Des manifestants participant à la marche contre l'islamophobie, le 10 novembre 2019 à Paris, près de la gare du Nord. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)

Marwan Muhammad, figure controversée de l'islam de France, explique à franceinfo les circonstances au cours desquelles il a lancé cette formule (qui signifie "Dieu est le plus grand") aux manifestants, qui l'ont reprise, dimanche à Paris.

La courte séquence, relayée notamment par le député Les Républicains Eric Ciotti et l'eurodéputé Rassemblement national Nicolas Bay, a suscité des réactions outrées sur les réseaux sociaux. Des manifestants participant à la marche contre l'islamophobie ont scandé "Allah akbar" (en français, "Dieu est le plus grand"), dimanche 10 novembre, dans les rues de Paris. 

Juché sur le toit d'une camionnette, micro à la main, un homme lance : "On dit 'Allah akbar' !" La foule lui répond à l'unisson "Allah akbar !" Cet homme n'est autre que Marwan Muhammad, figure controversée de l'islam de France, dont Le Parisien a fait un bref portrait, et ancien directeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), le mouvement –accusé d'être proche des Frères musulmans– qui a appelé à la manifestation.

"On dit 'Allah akbar' parce qu'on est fiers d'être musulmans et on est fiers d'être citoyens français", poursuit Marwan Muhammad. Les manifestants l'applaudissent. "On dit 'Allah akbar' parce qu'on en a marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une déclaration de guerre", renchérit l'orateur. Les applaudissements redoublent.

Une volonté de "dédramatiser l'expression"

Joint par franceinfo, Marwan Muhammad fournit les mêmes explications qu'il a données à Libération. "On m'a demandé de monter sur le camion de la manifestation pour faire scander des slogans aux manifestants", relate-t-il. "Je commence en leur disant 'salam alaykoum' [une formule de salutation en arabe]. Et je fais un trait d'humour : j'explique, pour ceux qui ne parlent pas arabe, que c'est un message de paix, que c'est une expression qu'on emploie souvent, comme quand on dit 'bismillah' ou 'Allah akbar'. Quand je dis 'Allah akbar', la foule me reprend. Sur le coup, ça m'a surpris, parce que je l'ai dit, comme ça, dans une phrase."

De nombreux internautes ont rappelé que cette formule,  "Allah akbar", "Dieu est le plus grand", est aussi reprise quasi-systématiquement par les terroristes islamistes lorsqu'ils commettent leurs crimes. Mais comme le rappelle Libération, cette phrase n'est pas, à l'origine, un cri de guerre. "C'est pour ça que je continue, pour que ça ne reste pas comme une grosse incantation islamique en plein Paris, pour dédramatiser l'expression, et qu'on arrête de l'associer à la violence", argumente Marwan Muhammad. 

"Il y a trois usages courants à cette expression, explique-t-il. On la dit dans la prière, on la dit pour se donner du courage, on la dit aussi quand on est surpris par une bonne nouvelle." Face à la controverse, le militant a tweeté lundi une vidéo plus longue de ce bref moment de la manifestation, confirmant son récit des faits.

Vous êtes à nouveau en ligne