Homos, féministes, cathos..., ils réagissent aux propos du pape

(Maxppp)

Le pape François a réclamé jeudi plus de miséricorde de la part de l'Eglise pour les homosexuels, les divorcés et les femmes ayant avorté. Des propos qui marquent une rupture avec ces prédécesseurs et sont perçues comme allant "dans le bon sens" même si "l'Église a encore beaucoup de chemin à faire".

Une Eglise plus ouverte, plus accueillante et qui ne s'enferme pas dans ses comportements rigides du passé, notamment sur l'homosexualité et le divorce. Les propos du pape François parus jeudi dans la revue jésuite Civilta Cattolica prouvent une nouvelle fois que le discours du Vatican a bien changé depuis l'arrivée à Rome du souverain pontife argentin.

Avis mitigés des associations féministes

Des propos qui suscitent de nombreuses réactions. Les associations féministes peinent à être convaincues par les propos du pape, qui selon la porte-parole d'Osez le féminisme, Julie Muret, tient toujours "un discours conservateur et réactionnaire qui n'a pas lieu d'être ".

Quant à Fatima-Ezzahra Benomar, secrétaire générale de l'association Les EfFRONTé-e-s, elle a estimé qu'il ne faut pas avoir l'impression "d'un petit mieux quand le discours reste réactionnaire en général ".

Moins critique, Ni putes ni soumises a salué de "déclarations qui vont dans le bon sens ", même si la porte-parole du mouvement a jugé que "l'Église a encore beaucoup de chemin à faire ".

L'Inter LGBT espère que cette parole "va marquer les esprits "

Même son de cloche du côté de l'Inter LGBT : "On note une inflexion, un changement de cap, mais il y a encore beaucoup
de chemin à parcourir pour que chacun se respecte
", a commenté Nicolas Gougain, porte-parole du mouvement.

"Accompagner les homosexuels ça veut dire quoi ? les accompagner vers le
célibat ?
", s'est-il interrogé.

"Nous, on demande simplement à ce qu'on
nous laisse vivre tranquillement, sans porter de jugement sur notre vie, notre
couple, notre famille." (Nicolas Gougain)

"J'espère quand même que cette parole portera pour marquer les esprits,
parce qu'on a quand même passé une année difficile avec une parole homophobe
qui s'est libérée
", a-t-il ajouté en référence à la mobilisation en France contre le mariage pour tous.

Pour certains catholiques, "ce pape va nous faire du bien "

Le 15 août, Homovox avait attiré l'attention des instances catholiques sur le tabou qui entourait les homosexuels pratiquants au sein de l'Eglise. Contacté par France Info, Clément Borioli, porte-parole de l'association, a été touché par les propos du pape, qui "apporte une réponse concrète et directe " à ces préoccupations. "Le pape invite chacun des catholiques, prêtres, évêques à accueillir les homosexuels dans leur cheminement ", s'est félicité le jeune homme.

Des propos qui réjouissent également certains catholiques comme Cécile, qui fréquente régulièrement la paroisse Notre-Dame de l'Assomption dans le XVIe arrondissement de Paris. "Cela me faisait mal qu'on me dise que je n'avais pas le droit d'avoir des amis homosexuels , a-t-elle confié au micro d'Isabelle Labeyrie. Enfin l'Eglise reconnaît l'autre, enfin j'ai le droit d'avoir ces amis et j'en suis fière ! " "Ce pape va droit au but, cela va nous faire du bien ", a ajouté l'abbé Jean-Pascal Duloisy.

Les fidèles notent toutefois que le temps des réformes est encore loin : vendredi matin, devant une assemblée de gynécologues catholiques, le pape François s'est prononcé contre l'avortement.