VIDEO. Victime de cyberharcèlement sexuel, Laure a dû déménager à l'autre bout de la France

A cause d'une simple photo diffusée sur les réseaux sociaux, la vie de cette jeune fille a basculé. Victime de cyberharcèlement sexuel, Laure a dû déménager à l'autre bout de la France. Extrait de "Complément d'enquête".

A cause d'une simple photo, la vie de Laure a basculé. C'était il y a trois ans. Laure est encore au lycée. Elle est invitée à une fête avec son petit ami de l'époque. Les deux ados s'isolent dans une pièce. Mais des amis du garçon font irruption, et les prennent en photo pendant leur rapport sexuel. Laure les oblige à supprimer l'image, mais le lendemain, elle découvre que celle-ci a tout de même été publiée sur les réseaux sociaux… Extrait de "Complément d'enquête".

"Quelqu'un m'a identifiée sur cette photo. Ensuite, il y a eu des centaines de tweets avec mon nom mentionné dedans. Il y a des personnes qui ont publié cette photo sur Instagram et sur Facebook, et j'ai reçu des centaines de messages, d'invitations...", explique Laure, qui doit fermer son compte Facebook, sur lequel elle reçoit des menaces et des insultes. "On disait que j'étais une salope, une pute, que je ne faisais pas du tout des choses que devrait faire une fille de mon âge…"

Quitter le pays, la seule solution ?

Le nom de la jeune fille se retrouve même dans les "tendances" de Twitter, parmi les mots-clés les plus mentionnés sur le réseau social. Laure en parle à ses parents, qui l'accompagnent pour déposer une plainte. L'affaire est portée devant les tribunaux. Sa mère passe tout de même, une année durant, ses nuits devant l'ordinateur pour supprimer toute trace de la photo sur internet…

Laure a fini par quitter sa ville, sa région. Elle a déménagé pour s'installer dans le Sud, à l'autre bout de la France. Mais la photo l'a suivie : quelqu'un l'a reconnue. "Il va falloir que je quitte le pays pour qu'on arrête de m'embêter ?" se demande-t-elle.

Extrait de "Complément d'enquête" du 22 février 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne