VIDEO. "C'est comme s'ils avaient été au courant et avaient tout étouffé" : des dirigeants de clubs sportifs pas toujours réactifs face aux cas d'abus sexuels

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Chloé, jeune espoir de la natation française, dit avoir été victime d'attouchements de la part d'un maître-nageur. Après s'être heurtée, selon elle, pendant trois ans à l'inaction de ses dirigeants, elle a quitté le CSM Clamart, et a fini par porter plainte en 2017. Elle témoigne pour "Envoyé spécial".

Au cours d'une enquête sur les abus sexuels dans les clubs de sport, "Envoyé spécial", avec le média d'investigation Disclose, a recensé 276 victimes sur le territoire français. Parmi elles, ils ont recueilli le témoignage de Chloé. De 13 à 15 ans, la jeune fille a fait partie des espoirs de la natation tricolore. Elle dit avoir été victime d'attouchements de la part d'un maître-nageur et a fini par quitter son club de Clamart parce qu'elle n'aurait reçu aucune aide des dirigeants.

"C'était trois années de franchissement de limites permanent", commence la jeune fille. Elle dit avoir tenté d'en parler autour d'elle, dans l'enceinte du club. "Mais souvent, je me prenais des murs, raconte-t-elle. Ça ne sert à rien, il n'y a personne qui comprend, il n'y a personne qui voit." 

Les dirigeants du club de natation auraient pourtant été alertés du comportement de ce maître-nageur en 2012 et en 2014. Mais ces signalements n'ont eu aucun effet, affirme Chloé. "Je n'ai rien eu de la part des dirigeants. Aucune question, aucun acte. Strictement rien n'a changé. C'est comme s'ils avaient été au courant et avaient tout étouffé d'un coup", ajoute-t-elle. L'adolescente quittera finalement son club.

Pourquoi la ministre des Sports n'ouvre-t-elle pas une enquête administrative ?

Chloé a porté plainte en 2017, après qu'une autre plainte (pour harcèlement moral) a été déposée contre l'entraîneur. Celui-ci a alors été mis en examen pour agression sexuelle. L'avocat des parties civiles a adressé un courrier à la ministre des Sports pour dénoncer l'inaction des dirigeants du CSM Clamart et réclamer l'ouverture d'une enquête administrative, en plus de l'enquête judiciaire.

Dans les brochures ministérielles à destination des clubs et des ligues sportifs, l'enquête administrative est présentée comme un levier pour aider à la manifestation de la vérité. Il se trouve en outre que la ministre, ex-championne de natation, connaît bien le CSM Clamart – elle en est même licenciée. Pourquoi n'a-t-elle pas déclenché l'ouverture de cette enquête ? Interrogée par les journalistes d'"Envoyé spécial", Roxana Maracineanu dit faire confiance aux dirigeants du club, et promet, "si d'autres faits sont portés à [s]a connaissance, [d'agir] en conséquence".

Extrait de "Pédophilie dans le sport, l'omerta", une enquête de Wandrille Lanos, Daphné Gastaldi et Mathieu Martinière avec Disclose, à voir dans "Envoyé spécial" le 12 décembre 2019. 

Vous êtes à nouveau en ligne