Uber : des femmes dénoncent des agressions sexuelles de chauffeurs

france 2

Aux États-Unis, Uber reconnaît avoir enregistré près de 6 000 agressions sexuelles sur le sol américain en seulement deux ans. En France, les témoignages se multiplient également. 

Sonia a 22 ans et elle est étudiante à Strasbourg (Bas-Rhin). Elle dit avoir été agressée sexuellement par un chauffeur Uber en novembre 2019. Ses trois amis, assis à l'arrière, viennent alors de descendre. Tout en conduisant, le conducteur lui prend les mains. "Il a commencé à les passer sur ma cuisse puis vers la sienne tout en continuant ses commentaires déplacés", explique-t-elle. Encouragée par ses amis, elle raconte son agression sur un réseau social en publiant la photo du conducteur.

Une autre victime du même chauffeur

Une autre jeune femme reconnaît alors le chauffeur qui l'aurait elle aussi agressée en 2017. Noémie a reconnu le même schéma d'agression et le même homme. "Je suis très en colère contre ce chauffeur, mais aussi contre Uber qui n'a rien fait pour arrêter ça". Les deux femmes ont porté plainte. La direction de la société Uber affirme qu'en attendant les résultats de l'enquête, le compte de ce chauffeur a cette fois été suspendu. Aux États-Unis, dans un rapport, l'entreprise admet avoir enregistré 6 000 cas d'agressions sexuelles en deux ans. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne