Transports en commun : comment contrer les harceleurs ?

France 2

Une très grande majorité de femmes disent avoir déjà été victimes de harcèlement dans les bus, les tramways ou les métros. Le gouvernement veut donc une loi pour soutenir les victimes et punir plus sévèrement les agresseurs.

 Un an après, elle reste marquée par l'agression. Dans une rame bondée, Sophia, étudiante, a été victime d'un harceleur. Un million et demi de voyages par jour, 60% de femmes parmi les utilisateurs du réseau : l'année dernière à Lyon (Rhône),  une cinquantaine de faits de harcèlement ont été recensés. Mais combien passés sous silence ?

Accélérer la prévention pour vaincre le harcèlement

À l'époque de son agression, Sofia n'a pas pensé qu'elle pouvait porter plainte. Depuis, elle milite avec un groupe de bénévoles mis en place par les transports en commun lyonnais. Distribution d'un livret sur le harcèlement, et les discussions s'engagent comme avec cette employée d'une boutique du métro, confrontée tous les jours à un homme très insistant. Où commence le harcèlement, l'agression ? Les bénévoles croisent parfois des hommes qui tiennent des propos surprenants. Au fil des déambulations, les témoignages sont nombreux. La parole se libère. Comment réagir ? La question se pose aussi aux passagers témoins d'une agression. Le conseil : ne pas laisser la victime isolée.

La société de transport donne des clés à ses conducteurs, avec des séances de formation : toujours donner l'alerte et inciter les victimes à porter plainte. Sur le terrain, des marches de femmes volontaires ont été lancées. Plusieurs groupes pour faire des propositions pour améliorer leur sécurité. Parmi les solutions mises en oeuvre : le renforcement de l'éclairage et de la vidéosurveillance, et une meilleure communication sur les dispositifs d'alerte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne