L’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’"attouchements" et de "harcèlement sexuel"

L\'actrice Adele Haenel au festival de Cannes, le 20 mai 2019.
L'actrice Adele Haenel au festival de Cannes, le 20 mai 2019. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

La comédienne avait entre 12 et 15 ans à l'époque des faits, révèle Mediapart. Le cinéaste conteste "catégoriquement" les faits.

"Je ne bougeais pas, il m'en voulait de ne pas consentir." Dans un article publié par Mediapart (article abonnés), dimanche 3 novembre, l’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’"attouchements" et de "harcèlement sexuel". A l'époque des faits, elle avait entre 12 et 15 ans.

"Je suis vraiment en colère, a déclaré à Mediapart la comédienne de 30 ans déjà récompensée par deux césars. Je veux raconter un abus malheureusement banal, et dénoncer le système de silence et de complicité qui, derrière, rend cela possible." Pour cette enquête, qui a duré sept mois, Mediapart affirme avoir contacté une trentaine de personnes, confortant le témoignage d'Adèle Haenel.

Le cinéaste "réfute catégoriquement" les accusations

Adèle Haenel a fait ses débuts au cinéma en 2002 dans le film Les Diables de Christophe Ruggia. "Les rapports qu’entretenait Christophe avec Adèle n’étaient pas normaux. On avait l’impression que c’était sa fiancée, a déclaré à Mediapart Laëtitia, la régisseuse générale du film. On n’avait quasiment pas le droit de l’approcher ou de parler avec elle, parce qu’il voulait qu’elle reste dans son rôle en permanence. Lui seul avait le droit d’être vraiment en contact avec elle. On était très mal à l’aise dans l’équipe."

Christophe Ruggia, qui se présente comme le "découvreur" du "grand talent" d'Adèle Haenel a refusé de répondre aux questions de Mediapart. Mais il a fait savoir par la voix de ses avocats qu'il "réfut[ait] catégoriquement avoir exercé un harcèlement quelconque ou toute espèce d’attouchement sur cette jeune fille alors mineure"

Vous êtes à nouveau en ligne