La députée PS Delphine Batho demande à Christophe Arend, accusé d'agression sexuelle, de se mettre en retrait de l'Assemblée

Christophe Arend, alors candidat La République en marche aux élections législatives, vote au second tour, à Petite-Rosselle (Moselle), le 18 juin 2017.
Christophe Arend, alors candidat La République en marche aux élections législatives, vote au second tour, à Petite-Rosselle (Moselle), le 18 juin 2017. (MAXPPP)

L'élue socialiste a annoncé qu'elle suspendait aussi sa participation au groupe d'amitié France-Allemagne présidé par le député, mis en cause par son ancienne assistante parlementaire.

Visé par une plainte pour harcèlement et agression sexuelle de la part de son ancienne assistante parlementaire, le député LREM Christophe Arend fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire. Les révélations font réagir à l'Assemblée nationale : lundi 23 octobre, la députée PS Delphine Batho lui a demandé de "se mettre en retrait de toute fonction" parlementaire "le temps que la justice se prononce" sur les accusations.

L'ancienne ministre a aussi annoncé qu'elle suspendait sa participation au groupe d'amitié France-Allemagne présidé par Christophe Arend. "Je ne me vois pas siéger sous sa présidence dans une quelconque instance de l'Assemblée", explique-t-elle.

La collaboratrice de Christophe Arend a porté plainte vendredi, et raconté à franceinfo les faits de harcèlement et d'agressions sexuelles dont elle dit avoir avoir été victime. Le même jour, le député a annoncé avoir porté plainte "pour dénonciation calomnieuse".