Hommes politiques français accusés d'agression sexuelle : "Cela ne me surprend pas" confie Hélène Bekmezian, journaliste politique

Photo d\'illustration de l\'Assemblée nationale. 
Photo d'illustration de l'Assemblée nationale.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Selon la journaliste politiques au Monde, Hélène Bekmezian, qui a vu certaines de ses collègues "se faire masser les épaules par un homme politique", "c'est très difficile de savoir à quel moment parler, à quel moment intervenir, mettre un stop." 

Les accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles contre des hommes politiques français "ne surprennent pas" Hélène Bekmezian, journaliste politique au Monde, interrogée sur franceinfo vendredi 20 octobre. En mai 2015, elle a écrit avec une quarantaine d'autres femmes journalistes politiques une tribune adressant un "Bas les pattes" aux hommes politiques et leurs "mains baladeuses".

"J'ai vu certaines de mes collègues journalistes se faire masser les épaules par un homme politique", explique Hélène Bekmezian. "On voyait bien que la personne était mal à l'aise mais c'est vrai que c'est très difficile de savoir à quel moment parler, à quel moment intervenir, mettre un stop. C'est quelque chose qui se passe tout doucement, petit à petit".

"L'ampleur que cela prend aujourd'hui, j'espère, va permettre de faire un peu plus cette fois-ci"

La journaliste politique affirme qu'elle n'était pas au courant des accusations portées contre certaines personnalités politiques comme Pierre Joxe, ancien ministre socialiste et membre du Conseil constitutionnel, ou Christophe Arend, député LREM de Moselle.

"Pierre Joxe j'ai été très surprise", affirme Hélène Bekmezian, "après c'est très difficile de faire la part des choses entre des noms qui circulent, sans qu'il n'y ait jamais de faits étayés derrière, sans que personne ne veuille témoigner à visage découvert. [...] Une fois qu'une accusation comme ça est portée sur quelqu'un, sa réputation est ternie à jamais."

Pour la journaliste, les révélations consécutives à l'affaire Weinstein ne vont pas régler le problème : "A chaque affaire on fait trois pas en avant, et très vite on fait deux pas en arrière, mais chaque fois on va un peu plus loin. L'ampleur que cela prend aujourd'hui, j'espère, va permettre de faire un peu plus cette fois-ci".

Vous êtes à nouveau en ligne